Psychothérapie - Gestalt Thérapie

Thérapie de couple

Témoignages

Mathieu et Agnès, 54 et 53 ans, Saint Laurent d’Agny

 

 

 Sur le plan personnel comme dans notre couple, c’était le chaos. Nous nous posions beaucoup de questions et si nous n’avions pas fait ce travail, nous n’en serions pas arrivés où nous sommes aujourd’hui. Nous avions d’ailleurs beaucoup d’attentes lorsque nous nous sommes lancés.

 

A la maison, il n’y avait que des tensions qui donnaient lieu à des ressentiments. Ce n’était qu’un lieu de frustrations et d’énervements. La peur était là au quotidien car au fur et à mesure, les choses s’envenimaient entre nous et nous n’arrivions plus à nous reparler ou à voir un horizon ensemble.

 

C’est Agnès qui a proposé la thérapie et j’ai tout de suite dis oui car je ne voyais plus de moyen de sortir de cette situation de blocage. Elle non plus ne voyait aucune issue et pour elle aussi c’était l’ultime solution ou tout allait partir en miettes, et cela je l’avais compris.

 

Les premières séances étaient très dures car il fallait recommuniquer, se reparler et faire des exercices, en plus du fait que c’était l’inconnu.

Après, les choses sont devenues plus faciles. Nous avons repris des habitudes comme manger ensemble, être tous les deux, se mettre dans un contexte à deux.

 

Le fait qu’Agnès ait appris à dire non nous a également beaucoup aidé à sculpter notre relation car avant, elle avait l’habitude de se renfermer sur elle-même pour éviter les conflits. Et moi aussi j’ai réussi à parler et à elle comme à moi, cela nous a fait énormément de bien.

 

Le fait d’être accompagné par quelqu’un qui met un cadre neutre et sans jugement aide énormément car cela nous a permis de réamorcer le dialogue. C’était d’ailleurs pendant le premier tiers du travail que nous avons le plus progressé. Même s’il y avait beaucoup de ressentis et que cela faisait vraiment mal, Agnès a compris que cela pouvait être différent. Avant, elle ne pensait pas avoir le droit d’exprimer ses sentiments car elle pensait que cela ne ferait qu’accentuer le problème.

 

Dire ce qui nous traverse et recevoir l’émotion de l’autre nous a permis de dépasser les reproches et de vider le trop plein. Nous avons pu apprendre à être l’un avec l’autre, à nous parler librement, sans crainte et avec confiance.

 

Notre voyage en Thaïlande nous a également beaucoup aidé. Deux semaines ensemble, sans écran, juste à prendre du plaisir à être tous les deux.

 

A côté de tout cela, nous avons beaucoup apprécié l’accompagnement de Myriam car elle nous donne les bases d’informations pour mettre en place les actions qui permettent d’être bien à deux. Elle nous encourage et nous donne des repères qui nous ont permis de bien comprendre que l’on devait passer (enfin) concrètement à l’action. Elle facilite les échanges et les temporise de façon équilibrée, en nous disant à chacun ce qu’il/elle a besoin d’entendre.

 

Personnellement, je me suis vraiment senti accompagné car elle est présente et les étapes sont claires, l’objectif aussi et la méthode est efficace. 

J’ai pris conscience de certains de mes comportements étaient délétères pour notre couple ce qui nous a permis de beaucoup avancer. Aujourd’hui, c’est plus détendu à la maison et on se sent même plus fort pour affronter les éventuels obstacles et le plus important, nous arrivons à nous dire les choses.

Nous ne passons plus notre temps à nous préoccuper de comment l’autre va nous répondre. 

Maintenant c’est « j’ai quelque chose à dire, cela va donner lieu à une conversation et non à un affrontement ». Même si personnellement, je me force un tout petit peu, je dis plus les choses et cela se passe beaucoup mieux entre nous.

 

Le fait de venir aux séances nous a permis d’avoir du temps pour notre couple de façon régulière et cette habitude-là, nous allons la garder.

Nous avons tous les deux réalisé qu’il faut s’imposer les choses, un cadre pour prendre soin l’un de l’autre et de son couple car avec le temps, cela ne se fait plus naturellement. Et oui, être bien en couple, ça s’apprend. Avant, on se disait « Je n’ai pas envie, je ne fais pas », aujourd’hui nous savons qu’il y a des efforts à faire et qu’aimer est un verbe d’action.

 

Faire une thérapie de couple n’est pas évident mais moi je dis « il faut y aller car on y apprend des choses. Des outils et les moyens pour comprendre la situation et la faire évoluer dans les meilleures conditions possibles. »

Pierre et Mathilde, 37 et 39 ans, Saint Genis Laval

 

 

Avant de venir voir Myriam, j’étais au bout du bout et je ne voyais plus de solution. Tous les lundis, en arrivant au boulot, j’étais épuisée parce que chaque week-end en couple ou en famille était éprouvant. J’étais constamment énervée, en colère et dans une fatigue constante. Pour Pierre aussi c’était difficile mais je ne le voyais pas à cette époque. Lui comme la vie de famille me « tapait sur les nerfs » et j’avais l’impression d’être à trois contre un et de ne pas avoir la place dans la famille.

 

Nous nous lancions dans la construction d’une maison et cela allait être difficile car le projet ajoutait de la pression. Nous nous posions même la question qui était « est-ce que nous avions réellement envie de continuer ou pas ? ».

 

Il fallait un tiers pour poser les choses. A deux, cela ne menait à rien et je ne voyais pas d’autre solution. Pierre n’était pas opposé à la thérapie mais ce qu’il souhaitait et attendait vraiment, c’était que j’entende un autre son de cloche et que je prenne conscience de tout ce qui était en jeu et que c’était notre seule issue.

 

Il y avait des moments où nous pouvions prendre du recul et d’autres durant lesquels nous pouvions travailler sur les conflits que nous ne pouvions résoudre. C’était parfois très difficile mais j’avais besoin de dire les choses et j’attendais ces moments car cela marchait vraiment. 

 

Aussi longtemps que je me souvienne, nous voulions toujours avoir raison sur l’autre. Mais grâce aux ateliers et aux exercices, nous avons pu matérialiser nos fonctionnements et les améliorer. Même si certaines séances étaient très difficiles et le temps d’assimilation pour moi était très long, mais une fois intégrés, ce sont de nouveaux acquis qui permettent d’être bien en couple.

 

Nous avons vraiment apprécié le fait de prendre du temps pour nous, sans culpabiliser et surtout de reparler de notre histoire de couple, de ce qui nous lie et de ce que nous avons traversé.

 

 Aujourd’hui, grâce au travail fait avec Myriam, il y a plus d’attention entre nous, plus de douceur et de sérénité l’un vis-à-vis de l’autre. Nous avons réappris à communiquer et nous traiter avec beaucoup de bienveillance. Nous prenons le temps de nous retrouver, nous y arrivons enfin et dans plus nous passons de temps ensemble, mieux c’est. Même au niveau de la sexualité, il y a eu une vraie amélioration, c’est comme une reconnexion. Nous nous disons bonjour ou bonne nuit de nouveau, nous nous critiquons moins et nous nous chamaillons mois devant les enfants, nous considérant plus comme une équipe.

 

Pour Pierre et moi, la thérapie est comme inscrit dans nos mœurs alors ce n’était pas un problème. Pour les personnes qui pourraient avoir du mal avec cette idée, j’aimerais leur dire qu’il vaut toujours mieux de le faire trop tôt plutôt que trop tard mais aussi qu’il n’est jamais trop tard. Par contre, si on n’a pas envie de faire le moindre effort, c’est peine perdu.

 

Faire appel à un professionnel est avant tout une chance de pouvoir être accompagné par une tierce personne qui nous guide sans prendre parti.

 

Myriam a cette qualité d’écoute et cette capacité à rebondir sur les problématiques à travailler, avec une justesse qui permet de véritablement avancer.

 

Aujourd’hui, nous avons fait un grand bout de chemin ensemble, et ce n’est pas parce qu’il y aura un gros clash ou un danger quelconque que nous ne pourrons pas surmonter. Aujourd’hui, on a appris à se disputer de façon constructive alors nous savons que nous pouvons rebondir sans toujours ressasser et surtout continuer notre route. Nous suivons notre chemin de couple et c’est à nous de voir et de décider d’où est ce que l’on souhaite aller et ce que nous voulons en faire. Tout n’est pas acquis et c’est à nous et à nous seuls de décider et de nous aimer chaque jour un peu mieux.

Dominique et Marie, 32 et 34 ans, Saint Laurent d'Agny

 

Avant de nous décider à venir voir Myriam, nous n’étions pas au bord mais au fond du gouffre. On ne se parlait plus, on avait un vrai blocage au niveau de la communication. On ne se comprenait plus. 

Pour être sincère, j’étais même venue en me disant « encore un psy », tandis que Dominique lui, avait de l’espoir dans la démarche et pensait que cela pouvait nous aider.

Le jour du nouvel an, une année auparavant, on avait fait le point, on s’était dit les choses et on avait fait le constat que ça n’allait pas. Entre janvier et mai, on n’a pas réussi à améliorer les choses, bien au contraire, c’est pour cela que nous sommes venus à ce moment-là. On s’évitait au quotidien et cela ne pouvait plus durer. Si nous n’avions pas d’enfant, nous nous serions déjà séparés. Mais là, les enjeux étaient trop importants pour nous, entre enfants, famille et maison. Il fallait que l’on avance et que l’on sorte de l’impasse.

 

Lors du premier rendez-vous, Myriam nous avait dit que nous étions sur une phase de déconstruction et que nous devions vraiment reprendre les bases de notre relation.

 

Pour moi, les premières séances ne m’avaient pas fait grand-chose. J’avais peu d’enthousiasme, peu d’attentes et il m’avait vraiment fallu du temps pour faire confiance.

 

En même temps, les exercices nous ont très vite obligés à rentrer dans le travail, notamment l’écoute attentive ou encore les vidéos qui nous ont permis de voir l’évolution positive, de nous rapprocher, de nous reparler, de voir où nous en étions dans notre couple.

 

En fin de compte, la méthode m’a plu et m’a donné envie de faire les 8 séances.

Dominique, lui, était plus à l’initiative et plus demandeur sur la démarche. Il était vraiment content d’avoir des échanges sur notre couple. Je voyais que cela lui faisait beaucoup de bien. Même si ce n’était pas simple car au début, c’était vraiment déstabilisant et intense.

 

Le plus dur en fait, était d’engager la démarche. Après, les choses deviennent plus faciles, plus fluides, surtout qu’avec Myriam, il y a cet échange qui fait toute la différence. On avait déjà vu un thérapeute à Lyon auparavant mais il n’y avait ni échanges, ni conseils. C’était unilatéral et cela n’avait rien changé pour nous.

Nous avons beaucoup apprécié qu’elle participe de façon active à nos échanges, sans jugement, ni pour l’un ni pour l’autre. De plus, elle a fait tomber de sacrés tabous dans notre vie de couple et c’était très libérateur.

 

La sculpture, la ligne de vie, tous ces exercices à la maison comme au cabinet, quand on les faisait, cela changeait tout.

 

J’ai beaucoup emmené mon fils chez le psy et à bien des reprises je suis sortie de là frustrée car il n’y avait aucun outil et cela ne nous apportait rien. Ce n’était pas du tout le cas ici car chaque outil, chaque exercice faisait que l’on s’impliquait activement, et j’ai vraiment apprécié tout cette méthode crescendo.

 

Dominique m’a dit que ce qui l’avait le plus marqué était la ligne de vie, notamment le moment où on l’avait fini à la maison. Quand je lui avais dit qu’il était mon socle, j’ai lu sur son visage qu’il avait tout compris que c’était un moment précieux pour lui.

 

Tout le travail fait avec Myriam nous a permis de comprendre, de sentir et de véritablement transformer notre relation de l’intérieur.

 

C’est notre communication dans la vie de tous les jours qui s’est plus qu’améliorée. Nous sommes dans l’échange sur tout et rien, ça circule et cela n’a plus rien à voir avec notre relation d’avant. Aujourd’hui, nous avons même instauré le rituel qui est un temps pour nous, sans les enfants.

 

Maintenant nous sommes alignés sur comment cadrer nos enfants. Moi, j’ai essayé de me calmer et Dominique a repris une part plus impliquée pour mettre des limites. Du coup, je n’ai plus à endosser le « mauvais rôle », on est sorti de la dynamique « maman est pénible, papa est fun » et cela s’est rééquilibré.

 

Nous avons de nouveau des projets ensemble comme de faire un voyage, d’acheter un bien pour investir et nous avons aussi relancé la machine de l’envie et de la stimulation en famille car on a retrouvé le plaisir d’être ensemble au quotidien en continuant de coconstruire.

 

Faire un accompagnement ne peut être que bénéfique mais il faut juste faire le premier pas et accepter de jouer cartes sur table. Il faut accepter de se dévoiler devant quelqu’un, sortir de sa zone de confort, voire se faire un peu violence, même si ce n’est pas évident mais c’est vraiment utile. J’ai appris à accepter que l’on puisse avoir besoin d’un coup de pouce et que cela peut tout changé.

 

Avant de venir voir Myriam, quand notre couple vacillait, je n’étais pas fière de dire que l’on consultait, maintenant je le dis avec fierté car la méthode de Myriam est super. 

 

Aujourd’hui je suis capable de dire à Dominique dans quel état je suis, même s’il le voit. Il ne cherche pas de solution, il m’écoute et c’est bon.

Nous avons appris qu’être bien en couple est un choix et c’est du quotidien.

 

On sait que construire une relation est bien plus lent que de la déconstruire et que cela nécessite de l’attention au quotidien pour déceler les signaux d’alarme et redresser la barre mais aussi écouter et recevoir ce que nous donne l’autre.

 

 

Cédric et Mina, 55 et 47 ans, Saint Didier aux Monts d’Or

 

Avant de contacter Myriam Bidaud, nous vivions dans les reproches perpétuels, à toujours essayer d’avoir raison sur l’autre. Autant dire qu’il y avait beaucoup de souffrance et de frustration de part et d’autre. Entre les disputes d’égo ou les moments où chacun s’enfermait dans sa bulle, on avait fini par se voir comme des ennemis et pour moi c’était devenu évident : ou on changeait, ou c’était la fin.

 

Franchement, je n’avais plus grand espoir mais j’ai quand même proposé la thérapie. Cédric, lui avait vraiment des attentes différentes car il avait de plus en plus de mal à supporter l’ambiance à la maison mais ne voulait pas renoncer comme ça.

 

Avec tout ce que nous avons vécu, toutes les épreuves que nous avons traversées et dépassées ensemble, avec tous ces choix difficiles que nous avons eu à faire, en plus de nos différences culturelles, pour notre fils et pour tout cela, on s’est dit qu’il fallait au moins nous donner une dernière chance… 

 

J’avais besoin que Cyril comprenne mieux mes attentes et fasse moins de reproches car j’arrivais de moins en moins à les supporter. En fait, cette situation nous rendait tous les deux malheureux.

 

Le fait de pouvoir en parler devant une tierce personne me permettait enfin de me faire entendre et pour lui, il a tout de suite vu ce que cela a apporté dans notre quotidien à la maison.

 

On avait besoin que chacun puisse réfléchir sur soi au lieu de s’engager dans des conflits interminables…

 

D’ailleurs, après chaque séance, on se sentait tous les deux mieux l’un vis-à-vis de l’autre. Pour lui, c’était très important d’être à la maison dans une ambiance chaleureuse et détendue, sans reproche, ni agressivité. C’était une telle souffrance ces dernières années, du coup, cela a été un soulagement pour tous les deux.

 

Nous sommes passées par des étapes clés sur la capacité à s’écouter, sur la façon de nous exprimer et d’exprimer nos sentiments. C’est l’écoute active notamment, qui nous a permis de beaucoup progresser et sortir des discussions sans issue sur le couple.

 

Aujourd’hui, nous avons appris à nous ramener à nos propres modes de fonctionnement, sur lesquels nous pouvons évoluer, nous avons également appris à vivre avec le fonctionnement de l’autre pour sortir des « Tu dois changer », et aller vers plus d’acceptation.

 

De mon côté, il y avait tellement de choses que je n’arrivais pas à dire et que j’avais supporté en silence comme mes ressentis au tout début de notre relation avec Cédric quand je suis arrivée en France. J’avais tellement besoin de parler de tous ces sentiments qui me rongeaient, que Cédric reconnaisse tous les efforts que j’avais faits et ce que j’avais supporté. Je n’en pouvais plus qu’il ne me voit que comme un objet et qu’il ne voyait que mes reproches et mon agressivité…

 

La ligne de vie de notre couple a été notamment libérateur pour moi.

 

Pouvoir en parler (enfin) ne m’a pas rendu plus faible mais m’a permis de dépasser tout cela et de prendre de la distance. Tout cela a été très important pour moi, en plus de pouvoir enfin entendre ce que Cédric ressentait et avait à dire, et a créé plus d’intimité et de proximité entre nous.

 

J’ai toujours été vue comme une personne forte et guerrière alors avoir d’avoir cet espace pour exprimer qui je suis, mes fragilités et ma vulnérabilité avec Cédric, m’a libéré.

 

On a particulièrement apprécié l’implication de Myriam et le feed-back donné continuellement et aussi la guidance continue pour apprendre à se mettre à la place de l’autre.

L’exercice de la sculpture vivante nous a permis de beaucoup réfléchir, en jouxtant le corps et les mots et de prendre conscience de notre façon d’être ensemble et de fonctionner.

 

La déco du cabinet nous a aussi mis dans une ambiance apaisée et de confiance.

Le tout était bien. 

 

Même si certaines séances nous avaient beaucoup secoué, le cheminement en soi était vraiment bénéfique pour tous les deux.

 

La méthode qu’utilise Myriam est vraiment efficace et donne des résultats car ce n’est pas tout simplement la somme de deux thérapies individuelles mais une vraie méthode pour le couple. 

Pour changer les modes de fonctionnement, pour être vraiment mieux dans votre relation et sortir des stéréotypes, c’est avec Myriam que vous pourrez effectuer cette démarche active en toute confiance.

 

Aujourd’hui, on arrive enfin à communiquer et je peux enfin dire les choses, ce que je pense comme ce que je ressens, sans être dans le reproche et le jugement. Je me sens tellement mieux car je peux montrer qui je suis et enfin être accueillie et entendue. Je me suis même libérée des stéréotypes sur ce qu’est d’être une femme à la maison.

 

Pour lui, la plus grande amélioration est l’ambiance harmonieuse ensemble et en famille dans le calme et le plaisir du partage au quotidien. 

Nous apprenons à être mieux ensemble un peu plus chaque jour et à nourrir notre couple pour que notre quotidien soit plus agréable. On a d’ailleurs mis en place pas mal de choses pour ne plus avoir toutes ces pesanteurs du quotidien.

 

Aujourd’hui encore, nous nous apprenons à nous connaître, à rester ouverts l’un à l’autre, même après des années de vie commune.

On sait maintenant qu’un couple est continuellement en cheminement. C’est un acteur à part entière et qui est plus que la somme des parties et qu’il faut vouloir faire la démarche de vraiment être ensemble pour que cela marche.

Laure et Sabine, 32 et 37 ans, Valence

 

Avant de venir voir Myriam, même si on arrivait à discuter, on avait beaucoup de difficultés à communiquer et parler vraiment. On avait pris la décision de se séparer et cette thérapie était notre dernière chance, nous n'avions plus rien à perdre.

Nous avions commencé le travail il n’y a pas si longtemps, pourtant tout a changé.

 

La décision de faire la démarché a été dure à accepter mais cela a été vraiment libérateur. 

Nous n’avons plus peur de nous tromper, de nous vautrer ou encore de ne pas faire les choses correctement.

 

Je redécouvre tous les jours ma femme et c’est super positif.

Fondamentalement, nous ne sommes pas différentes mais tout a pourtant changé entre nous, plus sereines et nous projetant dans le long terme. Cela fait plaisir de ressentir cette confiance que l’on s’accorde maintenant.

 

Beaucoup de choses m’ont marquées dans les séances mais particulièrement la notion de bienveillance envers l’autre que je ne faisais plus du tout. Je n’en donnais plus et j’étais incapable d’en recevoir. Aujourd’hui, ce mot est très important, comme un déclencheur de compréhension car à chaque fois, je peux reprendre les choses et y mettre plus de bienveillance.

 

Le mime aussi m’a beaucoup marqué car cela nous a beaucoup aidé à comprendre notre mode de fonctionnement et pour moi, ce qu'il se passait dans la tête de ma partenaire.

 

Nous étions toutes les deux conscientes qu’il nous était impossible de nous en sortir seules, sans une personne qui serait le médiateur. Et c’est pour cela que nous nous sommes données cette dernière chance.

 

Grâce à Myriam, nous avons arrêté de mettre un pansement sur une jambe de bois et nous nous sommes mises au travail. Et puis peu à peu, nous sommes sorties des disputes incessantes et des incompréhensions extrêmement douloureuses.

Myriam, contre toute attente, n’a pas été que médiateur, mais elle nous a également appris à vraiment nous parler pour être en relation. Et ce, même si au début, c’était très nouveau et très compliqué…

 

Durant le travail d’accompagnement, nous avons connu des hauts et des bas, notamment des jours où nous n’avions pas du tout envie de venir, comme d’autre où nous étions impatientes de commencer.

 

Sur 2/3 des exercices, cela a tout de suite fonctionné, et puis pour le reste, c’est en vivant l’exercice que j’ai pu mettre en pratique de vrais changements.

 

Mais malgré tout cela, notre couple n’allait toujours pas bien et le doute s’était installé.

C’est à ce moment-là qu’il a fallu casser nos habitudes et en recréer de nouvelles, même si cela a été difficiles pour toutes les deux, il fallait être solides et têtues pour y arriver.

Symboliquement, nous avions mis fin à cette relation qui ne nous allait pas pour choisir d’en construire une autre, ensemble.

 

Nous avons vraiment beaucoup apprécié les supports pédagogiques et un support neutre et référentiel qui aide beaucoup.

Les exercices comme la sculpture de couple a été très impactant pour l’une comme pour l’autre. Cela a été très nouveau et très percutant car c’est à cet instant que nous avons toutes les deux pris conscience de la place que nous donnions à chacune et du fait que nous pouvions ensuite choisir ce que nous voulions faire de notre relation.

 

Lorsque nous avons démarré la thérapie, nous ne nous donnions même pas 50% de réussite. Or, en nous regardant évoluer, comprendre les choses et voir les résultats, c’est tellement plus qu'appréciable, tout comme le fait de pouvoir faire certaines séances à distance.

 

Aujourd’hui, la bienveillance est ancrée dans notre relation, envers ma femme comme envers moi-même, la confiance en l’autre et en notre couple aussi est entretenue chaque jour.

Nous avons aussi acquis une sérénité pour nous parler. Nous avons d’ailleurs mis en place une boîte dans laquelle nous mettons les sujets de conversation difficile pour pouvoir en parler quand nous somme bien.

Nous sommes dans plus de simplicité dans notre façon d’être, dans notre quotidien, avec moins de drame.

 

Nous avons également appris beaucoup en termes de fonctionnement, comme le fait de faire un break quand nous nous engueulons, avant de poursuivre, mais aussi la capacité de se parler, s’écouter et s’accepter.

 

Maintenant, nous n’avançons plus avec un objectif final en tête mais plus le chemin fait ensemble pour vivre l’instant présent jour après jour.

Et même si nous activons parfois chez l’autre des boutons qui font mal, en gardant à l’esprit que nous sommes des miroirs l’une pour l’autre, nous réalisons vite que nous n’avons pas à nous emporter ou être dans la souffrance.

 

Myriam a su nous enseigner comment se mettre à la place de l’autre, tout en nous ménageant. Et le fait de le faire au travers de phases chocs est une approche qui m’a beaucoup plu car cela a été rassurant avec Myriam. Même si nous savions que ce n’est pas elle qui allait régler nos problèmes, les résultats se sont inscrits dans le temps.

 

J’avais de l’expérience avec les psys habituels avec les thérapies indéfinies, mais le coaching avec Myriam est différent. C’est plus une interaction avec une personne neutre et engagée.

 

Aujourd’hui, nous allons bien. Et même si notre projet de vivre ensemble est décalé, on en parle plus sereinement. Malgré le fait qu’il reste des incertitudes, ce n’est plus angoissant. Nous parlons de beaucoup de choses, notamment de la sexualité, avec plus de facilité et de profondeur et cette sérénité retrouvée nous permet de développer plus d’intimité dans notre quotidien.

 

Mathieu et Pauline, 50 et 47 ans, Saint Laurent de Mure

 

Avant de nous décider à prendre rendez-vous avec Myriam Bidaud, nous étions extrêmement tendus. Moi, je me posais tellement de questions sur ma capacité à être bien dans notre couple, tandis que Mathieu, lui, subissait beaucoup toute cette panique et cette perte de repère que je vivais.

 

Nous nous sommes finalement lancés car nous avions le sentiment que nous étions arrivés au point de non-retour : il fallait absolument agir sinon tout serait perdu.

 

Un mois avant notre décision, nous enchaînions les discussions et les conflits sans aucun résultat avec des soirées durant lesquelles nous finissions dans un état de détresse intense.

 

Comme nous connaissions déjà la Gestalt de couple, nous avions fait nos recherches, et c’est là que nous nous sommes décidés.

On avait trouvé cet endroit où l’on pouvait poser nos angoisses et nos anxiétés par rapport à notre couple de façon constructive.

 

Nous avions eu des débuts difficiles car nous nous disputions toujours à la fin de chaque séance.

Et puis, au fil du temps, cela a commencé à s’améliorer. C’était comme si nous avions eu besoin de faire une purge pour amorcer le changement. Petit à petit, nous avons pu poser les choses, prendre des décisions et poser des limites.

 

Avant, nos échanges ne tournaient qu’autour de la logistique et non de notre couple, aujourd’hui, nous communiquons différemment, avec cette envie de reprendre soin l’un de l’autre.

Il n’y avait pas que de l’intention, il y avait également de l’action.

 

Il y a eu un moment où j’avais même pensé que Myriam Bidaud était une magicienne. Je me suis aussi rendue compte que Myriam était partenaire certes, mais pour faire progresser l’un contre l’autre mais le couple. Nous étions co-responsables et j’avais ma part.

J’ai été aidée mais j’ai aussi pris conscience que certaines choses, je devais les faire moi-même.

 

Lors des premières séances, Mathieu arrivait toujours avec de l’appréhension. On vidait nos sacs et puis, au bout de quelques séances, il y a eu une prise de conscience, ce qui a permis à la dynamique de changer petit à petit. Et puis, il était content de venir car il savait que les choses allaient dans le bon sens.

 

Pour ma part, le rendez-vous qui m’a le plus marqué était celui durant laquelle nous avions fait la sculpture. 

 

Nos positionnements étaient opposés et cela nous emprisonnait. Alors qu’avant je ne m’autorisais pas à me montrer fragile, je me suis enfin permise de dévoiler mes zones de fragilité.

 

Pour Mathieu, c’étaient plutôt les séances de la ligne de vie et de la reconnexion, ceux-là nous avaient d’ailleurs fait beaucoup de bien.

L’exercice du génogramme, lui, nous a permis de nous resituer, de voir tout le poids de l’histoire et repérer ce que l’on reproduit par rapport aux schémas de nos parents. Cela nous a permis de réfléchir et de voir les choses différemment. Aujourd’hui, nous nous sommes même reconnectés avec notre famille.

 

Nous nous sommes autorisés à faire autrement que ce qu’avaient fait nos parents. Nous avons réalisé que nous pouvions sortir de ces loyautés familiales qui ne nous convenaient pas et dont nous étions prisonniers, car au final, les familles ne sont pas que des handicaps.

C’était un exercice vraiment libérateur.

 

On a beaucoup apprécié le fait que lors des séances, nous pouvions nous permettre de faire des réflexions l’un à l’autre que nous ne nous serions jamais faites à la maison car nous nous sentions en sécurité.

Il y avait une qualité et une sincérité d’écoute et un arbitrage structurant.

 

En venant, j’avais peur d’un processus modélisé, mais ce n’étais pas du tout le cas car l’accompagnement de Myriam est très personnalisé et chaque exercice, chaque mise en mouvement, chaque pratique nous a mis dans le rail de « cela nous aide et nous sommes au bon endroit ».

 

Nous sommes bien et nous n’avons jamais eu autant envie de continuer ensemble. Quant à la forme que cela va prendre, nous nous autorisons à le créer ensemble.

 

Avant, nous avions des plans, un but que nous essayions d’atteindre sans voir pour autant envie d’attendre ou de fixer.

Aujourd’hui, nous voulons juste nous aimer.

 

Mathieu s’énerve toujours mais arrive à prendre du recul et couper court quand cela n’est pas de son ressort.

 

Aujourd’hui, nous ressentons un réel plaisir à passer du temps ensemble et nous choisissons de la faire régulièrement et en faisons des moments de qualité.

 

Nous nous autorisons plus d’expérimentations aussi, comme passer des vacances rien que tous les deux. C’était comme si nous avions un terrain de jeu pour expérimenter de nouvelles choses et faire de nouveau des projets.

 

En fait, nous avons réalisé que nous avions les ressources pour y arriver, mais nous manquions de confiance en l’avenir. C’est pour cela que nous nous sommes retrouvés dans une impasse en termes de communication.

Il n’y a pas de raison pour laquelle nous n’y arriverions pas, d’autant qu’aujourd’hui, nous avons appris à moins prendre sur nous et contre nous.

 

L’intention la plus important que nous avons posée est de préserver notre vie de couple, autant que l’intégrité de nos espaces de couple.

Et nous avons pris conscience que l’on peut choisir d’être en lien et de se rapprocher lorsque l’un ou l’autre souffre, plutôt que de se distancer.

Olivier et Mathilde, 30 et 27 ans, Brignais

 

Quand on a pris rendez-vous avec Myriam, nous étions complètement perdus. On essayait de reconstruire quelque chose qui n’avait pas fonctionné avant. Nous venions de nous retrouver et nous voulions vraiment que cela fonctionne.

On avait besoin de se comprendre mais on ne savait pas comment, en plus de beaucoup de sujets délicats qui nous bloquaient comme la culpabilité, ou encore le regard des autres.

 

Au final, nous n’avions qu’un seul point commun qui était que l’on s’aimait et que l’on souhaitait faire notre vie ensemble.

 

Et Mathilde avait posé comme condition non négociable que l’on se fasse accompagner pour retenter quelque chose.

 

En fait, nous avion simplement besoin d’aide pour mieux comprendre ce qu’il s’était passé, pour se comprendre et comprendre qu’il y avait des choses que nous avion aussi mal faites.

 

Nous avions besoin de temps juste pour nous, un cocon pour parler tous les deux et de nous deux.

 

J’avais pros conscience que même si j’aimais et j’aime profondément Mathilde, je ne m’y prenais pas de la bonne façon et surtout, je n’avais pas les bons repères car je n’étais pas assez à l’écoute.

 

et grâce au travail fait avec Myriam et le fait d’avoir été accompagné m’ont permis d’être aujourd’hui plus résilient et surtout, nous avons appris à nous stabiliser et à construire ensemble.

 

Nous avons réalisé que les cachotteries pour éviter le regard des autres nous complexifiait tout.

 

Chaque séance nous permettait de passer du temps ensemble et nous a permis de mieux nous connaître et de nous comprendre et également de nous délester de tout ce qui nous pesait, comme des bulles intemporelles. 

 

Chaque partage nous a aidé à construire notre quotidien.

 

Le cabinet de Myriam est un endroit agréable et apaisant. On s’y sent bien. Nous repartions même parfois avec le sourire aux lèvres. Nous avons d’ailleurs vraiment apprécié que Myriam soit là pour nous ouvrir les yeux sur des choses dont nous n’étions pas conscients ou que nous ne comprenions pas. Nous continuons d’ailleurs l’écoute active, ce qui nous permet d’accepter et de transformer beaucoup de choses. On parle beaucoup plus librement, pourtant sans plus se poser autant de questions et se comprendre malgré tout plus.

 

Nous avons beaucoup apprécié que les séances soient structurées et dans un temps donné, de trouver des solutions et aussi le fait que ces séances soient des moments calmes qui me coupent du travail pour me concentrer sur notre relation.

 

Aujourd’hui, je sais que même si je suis un homme, je peux ouvrir les vannes et montrer quand je dépends de quelqu’un ou quand je suis amoureux ? Aujourd’hui, je veux pouvoir aimer librement sans freins, sans barrières, tout en acceptant qu’elle puisse un jour partir. 

 

Si je me refuse le fait de partager certaines choses par peur, c’est aussi me refuser de m’épanouir avec elle. Donc aujourd’hui, j’y vais vraiment.

 

Nous pouvons maintenant aborder les sujets même les plus délicats qui pourraient mener aux conflits (enfants, exs, parents notamment) car nous avons pris plus de recul sur les choses, du coup, nous en sommes moins affectés. Nous avons appris à faire fi de tout ce que nous voyons et nous prendre comme nous sommes avec moins de jugement et de catégorisation.

 

Maintenant, nous nous montrons, nous nous disons « je t’aime », on communique.

 

Chaque couple est différent et nous avons appris qu’il n’y a pas de normalité et nous pouvons construire notre relation autour de points communs qui nourrissent le partage et nous permettent de créer notre relation hors du regard des autres.

Notre couple aussi est un couple d’amis, plus libérés, avec plus de complicité et de confiance.

 

Aujourd’hui, nous n’avons de cesse de recommander Myriam auprès des couples que nous connaissons car chaque couple en a besoin à un moment donné, et surtout parce que cet accompagnement a été une expérience ultra positive pour nous.

 

Myriam nous a permis de développer la situation, de nous découvrir car chaque séance a été comme un sas qui nous a permis de franchir les étapes.

 

Même si quelques fois, nous avons encore des peurs et des interrogations, nous avons envie de construire ensemble et nous nous autorisons à rester ensemble.

Sophie et Paul, 36 et 34 ans, Saint Genis laval

 

Nous étions déjà en crise depuis plusieurs années. Je pense que ça a commencé durant la première année de notre fils… Depuis, notre relation s’est beaucoup dégradée jusqu’à devenir des engueulades très dures, et c’était devenu insupportable.

 

On voulait tous les deux reprendre la communication mais on n’avait plus de ressource. C’est pour cela que l’on a joué notre dernière carte qui était de faire intervenir une personne extérieure et voir si elle pouvait amener quelque chose de nouveau… C’est comme cela que nous avons pris contact avec Myriam.

 

Quand la route est barrée, il faut essayer de trouver des solutions, notamment quand on décide de construire une vie de famille. Il faut se battre et être prêt à explorer d’autres choses. Il faut se battre et ne pas baisser les bras.

 

A chaque mal, nous avons mis en place un suivi médical ou un accompagnement, et c’est comme ça que l’on a fait de même pour notre couple.

 

On a pu échanger et découvrir nos différences de perceptions. Cela nous a donné un espace que l’on avait du mal à trouver chez nous.

 

Certains exercices que Myriam nous proposait n’étaient vraiment pas faciles à faire. Mais quand on les mettait en application, cela nous apportait toujours quelque chose à chaque fois. A côté, il y avait les enfants qui sont prioritaires donc ce n’était pas toujours évident mais on essayait de prioriser et notre couple et nous-même.

 

Quand Paul a décidé de baisser son rythme de travail, cela nous a laissé plus de temps (moins pour lui et plus pour moi). Du coup, cela a peu à peu rééquilibré la charge mentale au sein de notre couple.

 

Au fil des séances, nous avons vécu beaucoup d’émotions, surtout de la joie et de la tristesse partagée, mais aussi de la colère. Cela nous a beaucoup chamboulé, notamment quand l’un expose la situation et l’autre écoute.

 

En tous cas, on a vu beaucoup de choses que l’on pourrait mettre en application, notamment sur la gestion des conflits.

 

On a aussi aimé le génogramme qui permet de comprendre les fonctionnements inconscients de notre couple pour ensuite choisir ce que l’on veut pour notre relation, et également les exercices de communication pour apprendre à s’écouter.

 

Chaque étape de notre travail avec Myriam nous a rapproché et aidé à mieux nous connaître et du coup à s’apprécier et vivre avec nos différences. On a même pris conscience de nos différences d’appréciation d’une situation.

 

Aujourd’hui, on sait qu’il est important de se réserver un moment à nous et à nous prioriser.

 

Aller voir une personne tierce amène du positif et les séances avec Myriam étaient un espace de discussion privilégié avec une personne modérateur pour nous. Mais ce n’est pas une baguette magique non plus et nous avons encore du chemin à faire.

 

Aujourd’hui encore, l’entente n’est pas parfaite mais nous arrivons à mieux communiquer.

 

En même temps, malgré tout, nous ne sommes pas très optimistes quant à ce qui est de notre relation car vraiment, nous aimerions aujourd'hui plutôt essayer de nous donner un peu d’espace pour être plus homme et femme. Nous y pensons tous les deux et je pense que nous allons tenter cette alternative et arrêter cette marche forcée.

Pascal et Nadine, 51 et 48 ans, Saint Bernard

 

Nous ne communiquions quasiment plus du tout et les rares échanges étaient basés sur les enfants, sinon c’était tout.

Pascal dormait sur le canapé avec sa brosse à dent dans la cuisine. Il y avait vraiment une rupture.

Moi, j’étais quasiment absente de la maison et j’étais absorbée par mon boulot. Tandis que lui avait pris une toute autre place dans la famille, avec les enfants, et surtout la logistique (courses, etc.).

Vraiment, pas mal de choses se sont dégradées dans la relation…

 

Et même si on avait déjà évoqué l’idée de faire une thérapie deux ans auparavant, je n’étais pas prête, alors on a attendu, attendu jusqu’à en arriver là. Et on s’est finalement dit, il faut faire quelque chose.

 

 Rien n’allait plus entre nous, la communication était rompue, lui ne voyait que le négatif en moi et de mon côté, je gardais tout pour moi alors autant imaginer mon humeur au quotidien.

 

En même temps, il avait enfin réussi à prendre la place de père qu’il a toujours voulu, ce qui m’a permis d’évaluer et repérer les problématiques de charge mentale dans notre couple. Nous étions fragiles depuis un moment, mais le changement de rythme au niveau de mon travail a pu remettre certaines choses à leur place, mise à part la communication bien sûr.

 

Faire une thérapie était la dernière option. On avait besoin qu’une personne extérieure intervienne et nous aide à retrouver notre chemin car nous étions dans une impasse, sans recul, complètement bloqués et en souffrance.

 

Durant le travail fait avec Myriam, je me suis souvent sentie soutenue et j’attendais souvent le rendez-vous pour sortir tout ce que j’avais sur le cœur. Je sentais que Pascal pouvait ne pas être capable de recevoir ce que j’avais à lui dire…

Les reformulations de Myriam nous ont beaucoup aidé à remettre les choses en perspective, mais aussi à déculpabiliser.
J’avais besoin de vérifier si tout était de ma faute, c’est pour cela qu’avant les séances avec Myriam, j’étais tout le temps dans la résistance car je me sentais constamment agressée et jugée.

 

Le fait d’avoir quelqu’un de neutre, avec une approche déculpabilisante m’a beaucoup aidé.

 

Parfois, je me demandais où on allait, j’avais l’impression que l’on n’allait jamais sortir de l’impasse. On avait besoin de tout mettre sur la table, de tout décortiquer pour prendre du recul et enfin, nous remettre en mouvement.

 

Aujourd’hui, j’ai l’impression de pouvoir parler beaucoup plus librement, j’ai réussi à formuler des choses que je pensais depuis très longtemps et cela m’a fait beaucoup de bien. C’était libérateur. Chaque séance me faisait beaucoup réfléchir.
Je me suis sentie confortée sur certaines choses et parfois, je devais changer de cap. Là, j’arrivais enfin à avoir un regard constructif sur notre couple.

 

Certaines étapes ont été claires. Par exemple la décision de Pascal de ne pas partir en vacances ensemble. Cela m’a choqué qu’il franchisse ce pas là, mais contre toute attente, cela nous a fait beaucoup de bien.

Il y avait beaucoup de jugement entre nous. Il y avait aussi de l’indifférence dans la mesure où je n’étais tout simplement pas motivée à faire le moindre effort. Et puis les choses se sont inversées après le travail de la ligne de vie de couple.

 

Franchement, j’ai longtemps pensé que nous étions devant la porte de sortie mais chaque exercice m’a permis de sortir de mes évidences et me réapproprier notre couple et la façon dont nous nous sommes construits.

 

Nous avons pu apprendre beaucoup de choses durant ce travail.
Déjà, on arrive à se reparler et on arrive à faire re-baisser la tension. Il y a également plus d’écoute entre nous et concrètement, on arrive à mieux s’organiser grâce à un calendrier. On a eu beaucoup de mal et cela nous a pris du temps pour le mettre en place, mais cela a transformé notre quotidien et rend les choses plus fluides.

 

On sait aujourd’hui qu’en répondant à une agressivité de la même manière, on s’engouffre dans quelque chose de nocif, alors que l’on peut faire autrement.


Pascal a remarqué comme j’ai aujourd’hui moins de mal à exprimer mes émotions (et c’est pareil pur lui) et ça le rend heureux car comme tout est sorti, notamment la colère, je ressens moins le besoin de l’étouffer et il souffle aussi.

La vérité avec les thérapies de couple, c’est qu’il faut être prêt à entendre certaines choses pour avancer. Quand on finit par arriver au stade où le couple ne se parle plus, il faut faire la démarche ensemble.
Je suis vraiment heureuse que Pascal ait choisi Myriam car elle est complètement neutre et c’est exactement ce dont les deux personnes ont besoin pour se sentir accompagnées.

Il faut être patient aussi, se donner du temps car on ne sait pas comment cela peut évoluer.
Ce n’est pas parce que l’on va voir quelqu’un que l’on va forcément rester ensemble. Cela nous donne toutes les billes pour se choisir en connaissance de cause.


C’est un travail à trois où on apprend beaucoup. Ce n’est pas facile et parfois le temps est long, mais la tempérance permet l’expression, la prise de recul, la compréhension et une meilleure connaissance de soi et de l’autre.

 

 

Aujourd’hui, même si nous avons renoué la conversation, ce n’est pas sur tous les sujets (en tous cas, pas encore). Il y a encore quelques tensions, mais nous avons les outils pour nous mettre au travail sur ce sur quoi nous devons avancer.

Pierre et Nadège, 45 et 42 ans, Mions

 

Avant de venir voir Myriam, j’étais au 36ème dessous. On n’arrivait pas à se parler, ne serait-ce que pour se dire les choses négatives pour que l’autre puisse au moins juste les entendre.

 

Nadège, avec son égo ébranlé, était de plus en plus violente dans ses propos et c’est elle qui s’est rendue compte que l’on n’y arriverait pas tout seuls, même en se donnant tout le temps qu’on voudra.

 

Aujourd’hui, on a une relation beaucoup plus saine. Mais à l’époque, on était perdus et il y avait trop de souffrance. Si on a franchi la porte de Myriam, c’est surtout parce que l’on voulait faire notre possible pour que notre relation fonctionne, mais il y avait tellement de colère due à cette infidélité que l’on ne savait pas comment nous y prendre.

 

A la base, quand l’infidélité a été découverte, elle m’a tout de suite demandé de faire un travail sur moi-même, d’entamer une thérapie. Et c’est comme cela que j’ai commencé une thérapie en solo, pour moi d’abord pendant deux mois, avant d’arrêter.

 

Et puis, j’ai finalement pris contact avec Myriam pour voir si ce ne serait pas également bénéfique pour Nadège de régler ses difficultés. 

Et c’est là que Myriam lui a proposé de faire le travail en couple. Autant dire que ce n’était pas facile de la convaincre de venir…

 

Nous avons connu des hauts et des bas tout au long de notre cheminement mais on savait très bien que cela faisait partie du processus et qu’il fallait panser toutes les blessures.

On pouvait être bien ici mais pas à la maison et ces conflits-là, on a appris à les gérer en prenant du recul et à s’excuser. C’est important de savoir que chacun peut le faire.

Avec le recul, je comprends mieux le processus du cheminement que nous avons suivi, comme le travail du génogramme par exemple. Cette étape m’a beaucoup aidé à comprendre notre fonctionnement et nos différences.

 

Le fait d’avoir en face de nous une personne qui ne prend pas parti, et à côté de cela, le rôle objectif nous a énormément aidé à retrouver nos repères. La guidance, au fils des semaines et des mois nous a aidé à trouver notre propre cheminement, dans le marasme de l’infidélité.

 

Moi j’avais envie de déplacer des montagnes pour lui montrer que je tenais à elle. Mais malgré tout ce que je pouvais essayer, c’était comme si je voyais un désastre se profiler à chaque fois.
A chaque fois, les séances venaient à des moments charnières et nous ont permis d’avancer dans la bonne direction.

 

Grâce au travail fait avec Myriam, la communication entre nous s’est libérée et s’est plus qu’améliorée. On a plus appris l’un de l’autre que durant toutes ces années et aujourd’hui, il y a une véritable compréhension et l’acceptation des différences qui se sont instaurées.

 

Nous sommes plus dans la présence qualitative l’un pour l’autre et on a pris conscience de notre besoin de se retrouver très régulièrement, proche et ensemble.

 

Pour Nadège, elle arrive mieux à accepter que les autres puissent penser ou réagir différemment. Et elle sait aussi maintenant qu’elle ne peut pas reprocher aux autres ce qu’ils ne savent pas parce qu’elle ne leur dit pas.

 

Beaucoup de personnes sous estiment l’impact et l’efficacité de la psychothérapie, mais vraiment cela ne peut faire que du bien. Et puis, il faut essayer pour voir tout ce que cela peut apporter, comme l’objectivité, les bons conseils… C’est ce dont on a besoin en période de crise, c’est même indispensable.

 

Aujourd’hui, avec le recul, je ne vois vraiment pas comment un couple ou un individu peut se relever de telles épreuves sans avoir recours à une aide extérieure…

Où nous en sommes aujourd’hui ? Il y a enfin de la stabilité dans notre couple, Nadège est heureuse avec notre fils, et c’est sans doute le plus important. Nous avons tous les deux des projets qui nous animent.

 

Et même si nous sommes dans une instabilité financière potentielle et donc stressante, nous le vivons positivement et c’est l’essentiel.

 

Noël et Janick, 42 et 43 ans, Montluel

 

Avant de prendre rendez-vous avec Myriam, entre nous c’était la guerre. Nous ne nous parlions plus, nous n'étions pas bien, ni l’un ni l’autre et je voulais faire un break, je voulais que Noël quitte la maison…

L’ambiance était délétère suite à la vente de la maison et au déménagement. Bref, ça ne fonctionnait plus entre nous.

 

C’est Noël qui a proposé, et à plusieurs reprises, de faire une thérapie. Moi, j’ai toujours dit non, jusqu’à ce que mon médecin nous dise que c’était une bonne idée. J’étais vraiment très déprimée, au bout du rouleau, tandis que pour Noël, tout s’écroulait. C’était devenu intenable. Noël avait déjà pris les coordonnées de Myriam alors, j’ai dit oui.

 

Ça nous a fait du bien et après chaque rendez-vous, ça allait mieux… On communiquait enfin, même si au début le souffle retombait assez vite…

 

Il y a eu des moments agréables, d’autres difficiles. Mais quand j’ai vraiment commencé à m’ouvrir à mon mari, j’ai vu combien cela l'a touché car j’ai toujours beaucoup de mal à m’exprimer. Il y a eu des séances où c’était très dur pour lui d’entendre certaines choses mais au final, ces séances difficiles nous ont permis de débloquer la situation.

 

Aujourd’hui, ça va beaucoup mieux car on a pris la décision (en suivant les conseils de Myriam), de prioriser notre relation et de notamment mettre en place des rituels où on se retrouve de façon régulière.

Nous avons particulièrement apprécié le fait de pouvoir re-communiquer, de prendre du plaisir à être ensemble, reprendre le temps de se dire les choses. Tout cela nous a obligé à nous poser et ça a marché ! Cela nous a beaucoup aidé et ça fait du bien.

 

Bien sûr, tout ne s’est pas réglé d’un coup de baguette magique mais ça nous a re-aiguillonné.

On se parle plus, c’est beaucoup plus détendu entre nous et on rigole même de nouveau ensemble. J’arrive de nouveau à me projeter dans un futur ensemble, et ça, c’est en grande partie parce que j’ai réalisé que l’on n’est pas côte à côte mais que l’on peut se connecter, et ça change le regard que l’on a sur soi-même et sur l’autre.

 

Aujourd’hui, on sait qu’il faut profiter des petits bonheurs et qu’il ne faut pas se prendre la tête pour des bêtises, même si ce n’est pas facile.

Tout se joue dans l’instant présent et le manque de communication tue alors il ne faut pas attendre la catastrophe pour faire une thérapie.

 

Il faut y aller car cela aide énormément et ça a vraiment du sens même si le couple ne reste pas ensemble au final car on apprend et réalise beaucoup de choses.

On se dit même aujourd’hui que cela ferait beaucoup de bien à certains couples de notre entourage…

 

En tous cas, l’approche douce, pragmatique et très concrète de Myriam nous a permis d’avancer et d’aller beaucoup mieux.

 

Aujourd’hui, on avance, on continue, on ne parle plus de break et on a de nouveau des projets, des vacances, des voyages…du bon qui rend la vie beaucoup plus douce. 

Denis et Sylviane, 43 et 42 ans, Saint Genis-Laval

  

Avant de venir voir Myriam, c’était vraiment compliqué entre nous. Malgré le fait que l’on vienne d’avoir un bébé, il n’y avait ni confiance, ni communication entre nous. Nous étions froids et distants l’un envers l’autre, suite à la découverte de l’infidélité de Sylviane.

 

On voulait continuer ensemble et on s'était fixé comme condition, ce coaching de couple, pour que cela puisse fonctionner. C’est pour cela que j’ai fait des recherches sur internet et que nous nous sommes retrouvés dans le cabinet de Myriam.

 

La thérapie de couple, c’était une façon de comprendre, d’y voir plus clair et un moyen de travailler sur les fondamentaux pour reconstruire notre couple. Sylviane a avoué qu’un de ses objectifs aussi était que je me rende compte de ce qu'elle vivait, car je ne la voyais pas avant…

 

Ici, on parlait différemment, pas dans le sens cadré mais on était là pour EN parler. Je me rappelle encore ma femme disant « dehors, on parlait de l’infidélité à tout va, ça revenait tout le temps… ». La thérapie a permis de structurer nos échanges et du coup, c’était plus efficace, moins douloureux et ça marchait mieux.

 

On a vécu beaucoup d’émotions, de la douleur, mais aussi des bons moments liés à nos bons souvenirs communs, notamment en travaillant sur notre ligne de vie. Ce travail, c’est la redécouverte de l’autre.

A travers les exercices, on a pu retravailler les bases d’un couple, en l’occurrence le dialogue, comment gérer nos différences, faire des concessions, mais surtout le pardon. On a appris comment se refaire confiance, un point décisif, ce qui m’a aidé à réaliser que Sylviane pouvait aussi vivre des choses de son côté, que pendant longtemps, j'avais voulu ignorer …

 

On a beaucoup apprécié le professionnalisme et l’impartialité de Myriam, ce qui est très différent de notre environnement proche. Ce que l’un et l’autre avait envie de dire, elle l'a écouté avec bienveillance et neutralité. Cela nous a permis de travailler et d’être mieux à deux car avant tout cela, je ne voyais plus que ce qui n’allait pas entre nous alors qu’il n’y avait pas que des mauvaises choses, bien au contraire !

On a beaucoup apprécié les différentes expériences comme la sculpture, la ligne de vie, les cinq minutes d’écoute et les outils proposés. Le jeu de rôles, par contre, était un peu plus difficile pour nous deux.

 

Mais grâce à notre travail ensemble, nous sommes plus présents dans la relation, notamment Denis, pour qui c'était particulièrement compliqué de ne pas "s'échapper de temps en temps".  

La communication s’est nettement améliorée, il y a plus d’écoute et d’équilibre dans notre façon d’être ensemble, mais aussi dans nos prises de décisions. Nous avons même pu trouver un bon équilibre avec notre fils et il y a plus de confiance et de sérénité dans notre quotidien. 

Franchement, si c’était à refaire, nous n'hésiterions pas une seconde. Nous dirions même qu’il ne faut pas attendre pour y aller car Myriam est professionnelle et pragmatique et on a particulièrement apprécié son approche structurée et efficace.

 

Les leçons importantes que l’on retient et que l’on appliquera toujours dans notre couple aujourd’hui, c’est qu’il faut se parler, dialoguer et se dire les choses, notamment quand c’est difficile. A ce moment-là, il ne suffit pas de marmonner mais de bien prendre le temps de se les dire.

Aussi, on sait aujourd’hui comme il est important de passer du temps ensemble, et c’est ce que nous essayons de faire le plus souvent possible.

Pierre et Emmanuelle, 54 et 52 ans, Caluire-Et-Cuire

 

J’étais consciente que cela le gonflait car la situation était tendue en termes de communication. Le relationnel était difficile. C’est à ce moment-là qu’il a fait appel à Myriam car pour lui, on avait atteint le seuil maximal d’acceptabilité.

Il y avait beaucoup d’agressivité dans nos échanges, et on voulait trouver un lieu pour parler calmement. On se sentait accablés et il n’y avait plus de communication possible.

 

Moi, j’avais l’impression d’avoir beaucoup évolué sur le plan émotionnel, tandis que pour Raphael, ce n’était pas évident car il voulait du changement, beaucoup de changement, beaucoup plus. Mais au fil des séances, les améliorations étaient palpables.

 

On a appris tous les deux à se dire plus les choses. Avant, je ruminais et je lui faisais la gueule en attendant des choses de lui, sans rien lui dire. Maintenant, nous pouvons en parler tranquillement, du coup, c’est plus simple entre nous.

Le cheminement a été plutôt par à-coups. La vidéo sur les conflits notamment, nous a beaucoup aidé car c’était très concret à mettre en place. Il a fallu cultiver et développer ce que nous avons appris pendant les séances et cela a énormément transformé notre relation.

 

Cela ne s’est pas fait tout seul. Nous avons pris conscience de la construction de nos familles et les conséquences sur notre couple grâce au génogramme.

Le rendez-vous hebdomadaire aussi nous a permis à prioriser notre relation et à réaliser le lien fort qui nous unit. Le tout nous a appris à prendre du recul par rapport aux difficultés du quotidien et l’effet d’être toujours débordés. On le vit mieux et on sait que l’on peut se poser vraiment de temps en temps.

 

Bref, aujourd’hui nous choisissons ce que nous voulons vraiment de et pour notre couple et surtout ce que nous voulons vivre ensemble.

 

J’ai apprécié qu’il puisse arriver à se lâcher, à dire les choses, son ressenti. J’ai même réalisé que j’avais un système d’écoute et de compréhension, moi qui n’étais pas trop dans ces trucs-là, et on a pu mettre en avant cette problématique d’échanges difficiles dont on souffrait, pour en parler dans un endroit calme et apaisé. Cela nous a fait gagner beaucoup de sécurité dans notre couple.

 

En tous cas, nous avions vraiment besoin d’une personne extérieure qui nous aide à recommuniquer. Grâce à Myriam qui est à l’écoute et qui ne nous a jamais jugé, ce n’était pas si compliqué de venir. On a pu chacun vider notre sac, tout ça dans un endroit qui permet d’avancer.

 

Il y a eu des moments de partage, d’écoute et beaucoup d’outils tout au long du travail fait avec Myriam, qui nous ont permis d’avancer de façon vraiment concrète et surtout qui donnent des résultats.

 

Notre couple va vraiment mieux aujourd’hui, je me sens mieux et c’est visible. J’ai mis des mots sur des maux et c’est bien. Surtout, je me réjouis que l’on ait passé le pic de la vague et que l’on ait pu retrouver du plaisir à être ensemble et d'être mieux au sein de la famille. 

Ahmed et Iris, 42 et 47 ans, Ecully

 

C’est Iris qui a initié cette démarche car elle ne supportait plus notre situation. Elle se sentait seule et voulait vraiment du changement notamment une relation harmonieuse pour la famille et pour le couple. 

Moi, de mon côté, je ne voyais rien. Je ne voyais pas qu’elle avait besoin d’aide à la maison car pour moi la routine c’était me lever, manger, travailler et télé. J’étais même la source de conflits, en l’occurrence avec notre fille ainée et même si aujourd’hui, ça va mieux, j’ai encore beaucoup d’efforts à faire…

 

Nous avions déjà fait une première thérapie il y a quelques années quelques temps après l’arrivée de notre fille car ça n’allait pas et tout simplement parce que l’on nous l’avait recommandé. Nous avions fait quelques séances mais je n’étais franchement pas emballé alors on n’est pas allé au bout de la démarche. Cette fois-ci, c’était différent et ça a payé car les messages sont passés…

 

Durant les séances, Iris a beaucoup parlé, et elle avait nombre de revendications. Elle s’est même dit à un moment qu’elle en demandait peut-être trop mais non seulement cela m’a réconforté, mais on a tous les deux réalisé que toutes ses demandes étaient légitimes. Cet accompagnement a remis les choses en perspective en nous mettant tous les deux devant nos responsabilités.

 

J’ai peu à peu réalisé que je ne faisais pas beaucoup d’efforts, que c’était dur pour elle et surtout qu’elle avait besoin de moi. Ça m’a redonné une place dans ma famille et que les efforts que je faisais et que j’avais encore à faire sont dans l’intérêt de la famille, de mon couple et du mien.

 

Nous avons mieux compris notre fonctionnement à tous les deux pour mieux nous en libérer et je suis heureux car ma femme me comprend mieux aujourd’hui. J’ai vu qu’elle avait beaucoup apprécié mon soutien tout au long de la thérapie.

 

Grâce aux efforts que l’on a fait pour que ça aille mieux dans notre couple, j’ai appris beaucoup de choses. Mieux gérer mes émotions, faire plus confiance à ma femme et sans doute l’essentiel, aujourd’hui je sais que l’on y arrivera ensemble.

 

Cet accompagnement avec Myriam nous a énormément apporté. 

La relation de couple est plus fluide, avec une meilleure communication.

Iris a m'a être soulagée que je contribue et que j’aide (enfin) dans notre vie quotidienne.

On est beaucoup moins sur les écrans et du coup, plus présent pour la famille.

 

On est tout simplement beaucoup mieux ensemble.

 

Iris aussi a beaucoup appris, comme le fait de mieux formuler ses demandes pour qu’elles puissent être entendues. Le fait d’avoir fait une thérapie a deux permet de débloquer plus de choses à mon sens que si on était allé voir un psy chacun de son côté…

 

Le fait que Myriam ait toujours été neutre était un point majeur. Elle a de l’expérience et arrive bien à cibler les problèmes et nous aide à mettre en place les solutions. Le fait qu’elle soit une personne extérieure qui voit les problématiques d’un autre point de vue a eu plus d’impact positif. C’est d’ailleurs grâce aux exercices qu’elle m’a donné que j’ai réussi à gérer mes émotions et la prise de conscience que je vis intérieurement. Aujourd’hui, j’ai plus de choix et je suis maître à bord, capable de dire « oui ».

 

Ce que j’entendais durant nos séances, je pouvais les appliquer dans ma vie et c’est un grand pas à chaque fois.

Aujourd’hui, on est repartis pour une nouvelle rentrée. Elle a de nouvelles fonctions au travail avec plus de déplacements donc on devra gérer. Un nouvel emploi aussi de mon côté avec plus de responsabilités et plus de pression mais on se sent prêt à avancer enfin ensemble.

 

Louis et Marie, 31 et 29 ans, Bron

 

Avant de venir voir Myriam, on était prêt à jeter l’éponge et au bord du divorce. Il nous était devenu impossible de communiquer et encore moins de se comprendre. Louis n’y croyait pas trop quand je lui ai parlé de thérapie de couple, mais il a finalement dit oui car il savait que c’était la seule option pour sauver ce qu’il y avait à sauver.

 

Je savais que ça n’allait pas être facile, d’autant plus qu’on était tous les deux encore assez immatures sur le plan émotionnel. Mais avec le temps et au fil des séances, on a senti le changement et ça en valait vraiment le coup. Grâce à tous les outils et les exercices, on a petit à petit appris à gérer le quotidien, les enfants, le travail et notre relation. 

 

Il y a eu certaines fois où je n’étais vraiment pas bien en sortant de la séance car il y avait des choses à entendre ou à faire et ce n’était pas toujours agréable… Mais la plupart du temps, j’étais réellement surprise de la réaction de Louis, sur sa sensibilité. Cela m’a beaucoup touchée et émue. Aujourd’hui, je le comprends mieux et j’ai pris conscience qu’il m’aime vraiment.

 

Il y avait des confrontations et des tensions, mais cela nous a permis de nous comprendre et de mettre les choses à leur place. Il y a eu notamment l’exercice de la ligne vie qui a été très important car il nous a permis de vider notre sac, même si cela ne nous a pas fait plaisir sur le coup.

 

Aujourd’hui, cela nous a permis de rouvrir la discussion, de parler posément et de trouver des solutions dans le quotidien.

 

On peut voir beaucoup de changements, surtout des améliorations dans notre vie quotidienne, tout est plus simple, fluide, grâce au travail fait avec Myriam. La communication et l’écoute mutuelle ont beaucoup contribué à reconstruire la confiance que l’on a l’un envers l’autre. Aujourd’hui on décide ensemble, et on est en même temps plus libre de faire les choses car on est plus ouvert l’un vis à vis de l’autre. Tout est vraiment plus simple. 

 

Après ce travail, je sais maintenant que c’est mon mari, mon confident…et que je peux lui parler, tout lui dire, car cela restera entre nous. Je n’ai plus la crainte d’être jugée et je ne reste plus dans mon coin à garder tout pour moi. 

 

J’ai tellement appris que je donne même beaucoup de conseils à mes amies aujourd’hui !

Je sais que les cavaliers de l’apocalypse doivent rester en dehors de mon foyer, j’ai appris à être moins exigeante envers Louis, et je pense qu’il me le rend bien… 

 

Nous avons appris à avoir des projets ensemble, ce qui nous permet de maintenir un lien, une ligne de vie entre nous. Et on est tous les deux moins individualistes et on fait enfin passer le « nous » avant le « moi ».

 

C’est vrai que l’idée d’aller suivre une thérapie n’est pas évidente, mais quand il n’y a pas d’option, il faut le faire. Personnellement, je le conseillerai à mes ami(e)s, et puis surtout de ne pas attendre la crise avant d’y aller. 

 

Une chose importante à se dire, c’est qu’aller voir un psy n’est pas du tout un échec, mais c’est se donner les moyens de réussir !

 

Gontrand et Matthieu, 41 et 39 ans, Genay

 

Quand nous avons pris contact avec Myriam, certes nous parlions des choses banales mais jamais de ce qui compte, d’où les moments de silence. Nous étions à un moment critique de notre couple et nous avion besoin d’une tierce personne pour sortir de l’ornière…

 

Moi, je me renfermais sur moi-même car je n’osais pas en parler, tandis que pour Matthieu, la situation était devenue insupportable. C’est pour cela que j’ai pris l’initiative et que j’ai tout de suite pris rendez-vous car on en avait discuté avant et nous étions tombés d’accord.

 

Nous étions au point de non-retour et surtout, on ne voulait pas reproduire ce qui était arrivé à un ami qui avait refusé la thérapie car pour eux c'était déjà trop tard.

 

La thérapie nous a beaucoup aidé à évoluer dans le partage, la communication et nos modes de prise de décisions notamment. Elle m’a aussi appris à plus extérioriser même si au début j’étais tétanisé. C’est Matthieu qui m’a rassuré.

 

Les deux premières séances, je n’étais pas à l’aise et certaines séances ont même été plus que difficiles car elles nous ont beaucoup bousculé, notamment le fait de parler de nos familles respectives d'une façon complètement nouvelle.

Il y a aussi beaucoup eu de choses précieuses, comme le fait de prendre conscience de nos valeurs communes mais aussi le fait de réaliser à quel point nous étions chanceux  de nous avoir l’un l’autre, avec de l’amour, de la liberté et du respect entre nous.

 

Tous nos amis ont dit que j’avais changé, car la dynamique de notre couple avait évolué et la relation est aujourd’hui plus équilibrée. Chacun a pleinement trouvé sa place.

 

On a beaucoup apprécié les outils et chaque séance était différente et apportait énormément à chaque fois. Les tâches à faire à la maison aussi ont été de très bons supports pour discuter et avancer entre les séances.

 

Moi, j’ai beaucoup apprécié l’écoute active, parce que cela m’a permis de me sentir bien dans les échanges avec lui. 

Le génogramme aussi nous a énormément aidé à comprendre nos modèles de référence et à mieux choisir ce que l’on voulait pour notre couple.

Cette approche d’aller sonder pleins de domaines du « nous » à travers le regard d’une tierce personne a été une expérience unique. D’autant que cette personne n’a pas de jugement et regarde les choses d’une façon oblique, nous renvoyant les choses différemment… 

 

Le fait est qu’aujourd’hui c’est devenu plus naturel pour nous de parlers des choses importantes et la communication est plus fluide et ouverte, ce qui nous aide pour tout le reste.

On a beaucoup plus de sérénité et d’aisance et un regain d’amour entre nous. Cela nous a conforté dans le fait que l’on s’aime et ça a beaucoup nourri notre relation.

 

On a beaucoup appris, notamment que l’on peut changer à tout âge, et qu'en travaillant sur soi, cela donne toujours des résultats. On continue à apprendre et à se découvrir sous d’autres formes et c’est très bien.

 

En tous cas, lui comme moi, on est très contents de la démarche et on voit le retour sur investissement. Myriam est à l’écoute, il y a eu beaucoup de bienveillance, mais cela a aussi été punchy, avec un rythme ajusté. Cette thérapie qui est une première est une excellente expérience. Je conseille vivement car cela permet d’avoir des clés pour sortir de l’impasse.

 

On sent toujours un équilibre entre les temps de paroles, et au cours de l’évolution, on sent que ça avance. Il y a des exercices concrets et ce n’est pas que du blabla.

 

Aujourd’hui, on se sent beaucoup mieux ensemble, les échanges sont beaucoup plus naturels. On a pris de nouvelles habitudes qui nous permettent d’être bien ensemble et on a mis des bases solides et éclairées pour continuer.

Si nous n'avions pas fait ce travail avec Myriam, nous nous serions sans doute séparés et cela aurait été du gâchis car nous sommes véritablement bien ensemble.

Marc et Pauline, 41 et 42 ans, Feyzin

 

Avant de venir voir Myriam, nous étions un couple complètement à la dérive et surtout, séparé… 

 

Tandis que je vivais déjà dans un studio et que je me projetais déjà dans ma vie de célibataire avec des enfants, pour moi c’était bel et bien fini. J’avais fait mon deuil, je n’y croyais plus.

De son côté, Marc a eu un déclic et commençait à réaliser ce qu’il était en train de perdre.

C’est à ce moment-là que je lui ai proposé une aide extérieure. Et à ma plus grade surprise, il a dit oui, lui avait toujours eu un a priori envers tout ce qui est psy et cette conviction qu’il pouvait très bien tout faire lui-même et seul. Pour ma part pourtant, à côté de toute la colère que je ressentais encore, je voulais surtout me prouver que j’avais pris la bonne décision.

 

Au départ, ce travail de couple, n’était pas facile car on entend un tas de choses que l’on ne veut pas forcément entendre…

Mais, au final, ça nous a fait énormément de bien et quelque fois, la séance d’une heure nous paraissait trop courte.

 

Le travail a réveillé beaucoup de colère et a ravivé les douleurs du passé pour moi. Mais ça m’a aussi fait comprendre à quel point on pouvait être bien ensemble, en famille avec les enfants.

Je dois avouer que durant les premières séances, j’étais fermée comme huître, avec plusieurs couches de protection en prime… Mais au fur et à mesure des séances, je me suis doucement autorisée à refaire confiance et même à reprendre confiance en moi, tellement je le voyais se battre et ne pas baisser les bras.

 

On a vraiment apprécié le fait de ne pas se faire juger, et Myriam savait appuyer là où il fallait à chaque fois, sans prendre parti. 

 

Lui qui était venu en désespoir de cause, j’avais bien pu voir à quel point il s’était transformé : il est plus ouvert, plus à l’écoute et on a même pu parler de tout ce qui faisait les blocages dans notre couple pour nous comprendre. On a tous les deux repris confiance en notre couple.

 

On a trouvé notre manière de communiquer, qui fonctionne enfin. On a appris à se parler et à se regarder avec bienveillance et respect et on a appris une chose essentielle. Il faut se calmer avant de parler mais parler, parler, parler !

 

Une chose que l’on n’a réalisé que grâce au travail fait avec Myriam : on a la même vision du couple qui se soutient, se complète et avance ensemble avec nos enfants, la même vision de notre vie de famille.

 

Le plus important est que quelques fois, il faut se forcer un peu pour se rendre compte que certes, ce n’est pas facile, mais ce n’est pas non plus si difficile que cela.

 

Aujourd’hui, après avoir démissionné de mon ancien poste, j’ai trouvé un travail plus intéressant à plein temps. Marc, lui, a un peu levé le pied pour pouvoir mieux équilibrer la vie personnelle et professionnelle. En gros, beaucoup de nouveautés dans notre vie et les projets vont bon train. On s’est rapprochés et reconnectés émotionnellement, et sexuellement, c’est reparti !

Arthur et Sandra, 30 et 30 ans, Lyon

 

Avant de venir voir Myriam, on était au fond du trou et tout simplement à la limite de la séparation. Notre plus grand problème était notre incapacité à communiquer, à prendre du recul et surtout à se comprendre.

 

Tout était devenu compliqué au niveau du quotidien, jusqu’à en ressentir de la haine…

 

Tout ce que je faisais l’énervait par moment. Bref, ça n’allait plus.

 

Ce qui nous a décidé à faire le pas de la thérapie de couple, c’est parce que nous avons des enfants et que nous voulions qu’ils puissent avoir leurs parents le plus longtemps possible. Franchement, s’ils n’étaient pas là, on se serait séparés depuis longtemps déjà…

De plus, on avait aussi une amie pour qui la thérapie de couple avait marché alors on s’est dit, pourquoi pas nous ? Moi, en tous cas, je voulais réellement y croire.

 

Au début, c’était vraiment difficile de raconter sa vie à une personne que l’on ne connait pas, plus encore dans un endroit que l’on ne connait pas, sans oublier que ce n’est définitivement pas mon genre. Mais au fil des séances, ça devenait de plus en plus facile, sans compter le fait que ça faisait du bien de parler.

 

Mathilde a eu conscience de beaucoup de choses qu’elle ne voulait pas entendre ou voir, notamment le fait qu’elle en demandait beaucoup, sans jamais être satisfaite de quoi que ce soit, alors que de mon côté, j’en faisait déjà beaucoup, en tous cas, ce que je pouvais...

Nous avons aussi appris à relativiser et à accepter les différences de l’autre. 

 

On a aussi compris que si on est bien, nos enfants le seront aussi, du coup, on a accepté de prendre plus de plaisir dans ce que nous faisions, partagions, dans nos instants ensemble.

 

Sur la progression de la thérapie, il y a eu des hauts et des bas mais une des choses les plus importantes que nous avons apprises concerne notre fonctionnement en tant que couple.

 

Même si je n’aime pas particulièrement ça, j’ai pourtant beaucoup aimé pouvoir parler de moi. Il y a eu aussi la ligne de vie et la façon de ressusciter notre histoire.

Aujourd’hui, pas mal de points se sont éclaircis, notamment ce qui s’est passé au moment de la naissance de notre fils ou bien la façon dont on se positionne chacun dans notre famille.

 

Ce qui était aussi un peu difficile pour nous, c’était de s’arrêter à la fin d’une séance alors que nous étions lancés… Mais sinon, à chaque séance, on sentait bien que l’on avançait.

 

Maintenant, on peut noter énormément d’améliorations dans notre vie, comme le fait que l’un comme l’autre, nous prenons mieux nos places respectives, du coup, il y a une meilleure répartition des tâches tant en tant que couple qu’en tant que parents. Nous nous mettons aussi moins de pression et du coup, nous nous prenons moins la tête.

Sur le plan du dialogue et de la communication en général, il y a encore des choses à améliorer mais en tous cas, on relativise plus, on apprend à échanger plus.

Les plus grands enseignements, il y en a deux très importants qui sont l’importance du dialogue car ça peut véritablement améliorer les choses, mais aussi de fait de prendre sa place dans le foyer et dans le couple sinon ça dysfonctionne.

 

Si nous devions nous adresser aux couples qui ne sont pas encore convaincus, nous leur recommanderions vivement Myriam car c’est une bonne professionnelle qui aide à poser les mots, à dire mais surtout cerner les choses. Elle ne prend pas parti et ne se hâte pas à poser de diagnostic ou à cataloguer. Elle nous laisse libre de notre thérapie et des thèmes abordés et ça, c’est génial !

On a appris que notre difficulté est là pour être dépassée et que nous pouvions y arriver et puis pour les personnes plus renfermées comme moi, ça aide vraiment beaucoup et ça fait du bien de parler.

 

Aujourd’hui, ça va mieux. Ce n’est pas parfait mais on est sur le chemin de l’amélioration. On apprend à se parler, à se trouver du temps pour nous. Nous sommes plus dans l’action et comme j’ai signé un CDI, qui est une excellente nouvelle pour nous, nous envisageons de poser ns valises en Guadeloupe. Nous formons le même couple mais nous sommes mieux et différents.

Gaspard et Oriane, 27 et 25 ans, Brignais

 

Au moment où on a pris rendez-vous avec Myriam, on sortait d’une grosse crise. Mais comme il y avait un certain laps de temps entre la crise et la première séance, on a eu le temps de plus ou moins être apaisés.

 

Entre nous, ça restait très tendu et pour ainsi dire, on n’arrivait plus à communiquer, c’est pour cela qu’on s’était décidé à faire cette thérapie car même s’il y a eu quelques fois des moments de répit, le problème de fond lui était bel et bien là et demeurait sans solution.

 

Même aujourd’hui, il nous est difficile, à l’un comme à l’autre d’y repenser mais en tous cas, on voulait tous les deux trouver un moyen de régler nos problèmes avant que ça ne dégénère et que ça finisse par remettre en cause notre relation. L’initiative vient de Gaspard et puis ça s’est fait tout seul.

 

Dans la majorité, on a bien vécu les choses. Le fait de discuter de tous ces sujets sensibles en dehors des périodes de crise nous ont permis de mettre les choses à plat et de pouvoir en parler posément.

 

Il y a eu des exercices donnés entre les séances que nous avions du mal à mettre en pratique mais malgré tout, on a pu aborder énormément de sujets tabous et à notre plus grande surprise, on était en fait d’accord sur beaucoup de choses et on sent tous les deux à quel point nous sommes des âmes sœur.

 

Bien sûr, il a des moments où nos différences nous paraissent insurmontables au premier abord, mais après, on se rend vite compte que même si elles sont souvent inconfortables, elles peuvent vraiment nous enrichir…

 

On a tous les deux beaucoup apprécié le travail fait avec Myriam car on a pu discuter de sujets vraiment délicats et conflictuels dans le calme car Myriam a su nous mettre à l’aise avec notre pudeur. Nous avons même pu aller en profondeur, et nous en sommes sortis grandis et en tant que couple, et en tant que personne. C’était vraiment un accompagnement complet.

 

Si avant nous avions beaucoup du mal avec l’appréciation des parents de l’autres, aujourd’hui, on a réalisé qu’il était important que notre couple soit plus clair à nos yeux, mais aussi aux yeux des autres pour que nous ne soyons plus confrontés à ce sentiment constant d’insécurité.

 

Au fil des séances, nous avons non seulement acquis une meilleure connaissance de l’autre, les ressentis et les positionnements de chacun mais aussi une meilleure connaissance de nous-même.

 

Si nous avions un message pour les couples en crise ou qui n’arrivent pas à se décider, c’est qu’il faut toujours essayer de sauver son couple et que le fait qu’il y ait une tierce personne nous aide vraiment à aller au bout des choses et à les canaliser, mais surtout à nous poser vraiment pour aborder la problématique. 

 

De plus, Myriam est non seulement une personne engagée mais aussi bienveillante qui arrive à mettre des mots sur des choses que l’on n’arrive pas à nommer et ça compte énormément.

 

Aujourd’hui, grâce à ce que nous avons appris, notre couple va bien. On poursuit notre cheminement et récemment on a eu des réunions de famille suite auxquelles on a pu mettre en place certaines prises de conscience.

Paul et Lucie, 37 et 28 ans, Lyon 3

 

Au moment où nous sommes venus voir Myriam, c’était très compliqué. Nous vivions dans des reproches permanentes, et on ne se parlait pas. 

Paul qui a clairement fait comprendre qu’il vivait un ras-le-bol par rapport à toutes les obligations auxquelles il fallait faire face et aux soucis en tous genre avec les enfants, se terrait dans le silence et limite l’isolation.

Moi de mon côté, je me sentais terriblement seule, à tenir le fort à la maison, à gérer mon boulot, à m’occuper de tout ce qu’il fallait faire sans pouvoir compter sur Paul qui était quasiment tout le temps absent.

 

Ne sachant plus comment communiquer avec lui, j’ai fini par lui demander s’il voulait bien se lancer dans une thérapie ensemble car j’avais besoin qu’on retrouve la complicité qu’on avait, tout simplement le nous d’avant qui avait fini par disparaitre avec le temps…

 

On avait réellement besoin de quelqu’un de neutre à qui parler car on a des tempéraments différents lorsqu’il s’agit d’échanger nos opinions ou d’écouter un avis extérieur. 

 

A la base, Paul est venu pour me faire plaisir mais pas plus que ça au départ, mais c’est vers les dernières séances qu’il a véritablement senti la différence et s’est investi dans le travail sur soi.

 

Au début, ça lui était difficile de venir parler à quelqu’un que l’on ne connaît pas et aussi de m’écouter parler et lui faire des reproches car il n’aime pas que l’on critique sa façon d’être et de vivre mais après, petit à petit, ça allait. Myriam aussi lui a posé énormément de questions, ce qui lui a permis d’accepter doucement ce que j’avais à dire et de dire ce que lui aussi pensait.

Pour moi, comme je ressentais le besoin de dénouer certains problèmes, la thérapie m’a réellement soulagé. Au début, ce n’était pas évident non plus car je repartais avec plus de questions que quand j’arrivais mais rapidement c’était devenu comme une espèce de soupape.

 

Le fait de mettre en place la séance du mercredi soir par exemple ou nos sorties hebdomadaires à deux m’a aussi permis de réaliser que je pouvais me dégager du temps pour moi et qu’il n’y avait pas que le travail qui était jusque là ma priorité absolue… J’ai appris qu’il était possible de re prioriser et grâce à notre travail concernant la culpabilité, j’ai aussi appris à être bien par rapport à cela.

 

En fait, on a pu comprendre l’importance de la communication dans notre couple et que les mots ne sont pas le seul moyen d’échanger et de se faire comprendre, surtout pour Paul qui n’est pas fan des discours. Mine de rien, ça a chamboulé toute notre vie à deux. Et on a aussi appris ce qu’est véritablement l’écoute de l’autre.

 

Un des moments importants pour moi est quand on a fait le dessin de la conception de la famille, notamment ma famille d’origine et comment j’étais à 11 ans. 

 

Pour Paul qui avant ne s’exprimait qu’en râlant, puis par la suite qui ne disait rien pour éviter de froisser les gens, c’est quand Myriam lui a dit qu’il fallait qu’il arrête de faire ce qu’il n’avait pas envie de faire que ça a vraiment commencé à changer. Du coup, maintenant, il a appris à y mettre la forme et dit ce qu’il pense mais avec des gants, et ça c’est un changement que tout notre entourage a pu remarquer.

 

Nous avons aussi pu voir de nettes améliorations par rapport à notre relation et notamment notre manière de gérer nos désaccords depuis le début de cet accompagnement avec Myriam. Si avant, Paul, quand il y avait quelque chose qui n’allait pas, rejetait toute la responsabilité sur moi et pouvait faire la gueule pendant des jours, aujourd’hui, il revient au bout de trente minutes et le conflit se désamorce de lui-même, sans que ça ne devienne une confrontation stérile et éprouvante pour nous deux.

 

Ce qui aurait pu me manquer, notamment au début, c’était la fréquence des séances qui me semblaient trop éloignées les unes des autres.

 

L’amélioration significative dans notre vie est surtout la cohésion dans notre famille et le fait que nous faisons maintenant les choses à quatre et non plus un parent qui s’occupe des enfants à tour de rôle et ça c’est nouveau et génial.

 

Quand je me suis décidée à me lancer dans la thérapie, j’ai trouvé Myriam car je cherchais quelqu’un qui n’était pas trop loin, mais aussi parce que quand j’ai aussi vu son site et vu le fait que ce soit pas un site purement commercial, cela m’a immédiatement attiré. Du coup, c’était comme un coup d’essai qui a fonctionné et qui a été bénéfique pour notre couple alors ce que je pourrais dire à une personne qui voudrait se lancer, c’est que ça a marché pour nous, tout simplement.

 

Aujourd’hui, notre relation comme notre vie de famille vont vraiment mieux et on a commencé à se projeter dans le futur, à quand on finira la maison et quand on en rachètera une autre même si ce n’est pas pour tout de suite. 

 

On a toujours une question qui reste en suspens par rapport à l’avenir professionnel de Paul sur lequel on n’est pas d’accord et dont on n’a pas encore pu trouver la chose à faire mais je suis sûre que ça va aller… En tous cas, tout se passe bien et c’est ce qui compte car c’est ce que nous cherchions en venant !

Pierre et Marie Hélène, 53 et 57 ans, Orléans

 

Avant de venir voir Myriam, la communication était très compliquée entre nous car nous n’avions plus que très peu d’attention l’un pour l’autre. Le moment déclencheur était cet anniversaire raté et depuis, ça pétait de tous les côtés. Il n’y avait pas beaucoup d’écoute, ni d’un côté ni de l’autre et encore moins du partage des ressentis de chacun.

On savait bien que l’on était dans une impasse, sans savoir comment s’y prendre, mais tout ce que l’on savait c’est que l’on ne voulait pas que ce soit définitif.

Il fallait que l’on se remette en perspective, avec deux trajectoires qui s’éloignaient, d’autant que l’un était en pleine activité et l’autre en pré-retraite.

 

C’est pour cela que j’ai cherché des solutions, en sachant que Pierre ne voulait pas entendre parler de thérapie. Alors c’est comme cela que j’ai voulu reprendre une Gestalt thérapie et que j’en ai parlé à Pierre sans grands espoirs. Et c’est là qu’il me dit « Oui, mais seulement avec toi », c’était une surprise pour moi.

 

Bien sûr, il y a eu des moments très difficiles, avec des blocages, d’autant qu’il n’était pas très réceptif au début. Chacun voulait imposer sa vision des choses à l’autre et je me suis dit que cela ne pouvait pas marcher… Et puis, petit à petit, je me suis sentie mieux comprise et j’ai vu qu’il voyait mieux à quel point certaines choses étaient compliquées pour moi.

 

A un moment, j’avais l’impression que l’on revenait sur mes problématiques personnelles alors que je voulais aussi que l’on aborde les siennes. Mais à côté, la capacité d’écoute de Myriam et l’effet miroir nous ont permis de mieux nous comprendre, avec une nouvelle manière de voir les choses et d’aborder les gens.

 

Au fur et à mesure des séances, on a tous les deux réalisé que l’on avait besoin d’un tiers pour nous dire : « Attention, là vous vous plantez ! », surtout après plus de 40 ans à rouler sur les mêmes rails, et on sait maintenant à quel point la relation avec l’autre demande du soin.

 

Sur le plan personnel, j’ai pu retrouver confiance en moi grâce aux exercices de connexion émotionnelle, et par la même occasion, cela m’a permis de mieux comprendre Pierre.

 

Pour Pierre aussi, il a pu sentir une réelle évolution, surtout dans la compréhension de fonctionnement, dans mes demandes et mes attentes.

 

De mon côté, j’ai beaucoup travaillé sur le lâcher prise et que cela ne voulait pas forcément dire abandonner ou renoncer, c’est une notion qui m’aide beaucoup car je peux l’appliquer dans mon quotidien. Il y a aussi eu beaucoup de piqûres de rappel mais, au final, pouvoir appliquer tout ce que ce que l’on a appris dans notre vie de couple a été très positif et aujourd’hui, on a beaucoup de projets ensemble, avec une réelle implication chacun vis-à-vis de l’autre.

 

Il a appris à écouter différemment et c’est comme s’il était plus ouvert et réactif, ce qui a mis en place de véritables changements dans notre relation où les choses circulent plus facilement. Plus d’intimité, plus d’échange et c’est comme si on vibrait ensemble et plus come si j’avais un boomerang dans les mains.

 

Si on devait s’adresser aux couples qui se posent la question de faire la démarche ou pas, on leur dirait tout simplement qu’il ne faut pas attendre d’être en explosion totale car c’est une question d’hygiène de vie. C’est mieux que d’attendre d’avoir un infarctus, on prend soin de la santé du couple car tout seul, on n’y arrive pas forcément.

 

Nous sommes venus à un moment où c’était très compliqué, cela nous a permis de remettre les choses à plat puis en perspective. Ce n’est ni facile, ni confortable mais c’est efficace.

 

Aujourd’hui, tout est plus doux, plus fluide et plus attentionné. On est tous les deux très occupés par beaucoup de projets mais on le vit différemment et nous sommes heureux de notre vie. Pierre lui est plus engagé et moins protecteur, ce qui fait que nous sommes meilleurs l’un pour l’autre.

Sophie et Nicolas, 42 et 45 ans, Messimy

 

Lorsque l’on s’est lancé et que l’on a pris rendez-vous avec Myriam, on était au bord de la rupture. Il y avait eu une faute, de la trahison, de la colère. C’était compliqué et difficile à gérer d’avoir été autant rabaissée, d’autant que six mois auparavant, quand je lui ai proposé la thérapie de couple, il était contre et s’était enfermé dans sa bulle.

 

A la deuxième séance, j’avais l’impression que c’était de pire en pire et lui, j’avais l’impression qu’il venait pour se dire « c’est bon, j’ai tout tenté ». En gros, j’ai failli jeter l’éponge avant la fin du travail.

 

Et puis, au lieu que ça tourne dans un scénario où on se pardonne tout de suite, on a crevé l’abcès et à partir de là, on est reparti petit pas par petit pas.

 

- Pour ma part, je ne réalisais pas ce qui se passait, je n’avais pas d’émotion, ce qui n’arrivait pas souvent. Il a fallu qu’il y ait cette erreur pour faire du mal pour un bien et se décider qu’il fallait agir pour sauver notre couple.

 

Je tiens à dire merci à mon épouse de ne pas avoir juste pris ses cliques et ses claques après la trahison et d’avoir eu l’intelligence d’essayer un travail en couple, et cela même si je n’ai pas tout de suite dit oui mais j’ai attendu d’être convaincue par ma cousine.

 

- J’avoue que les 3 premières séances n’ont, non seulement pas été agréable, mais en plus, plus on venait, plus je me disais que cela ne servait à rien car plus il me critiquait et cala devenait invivable.

 

A partir du moment où je ne voulais plus rester dans cette ambiance néfaste sans aucune reconnaissance, j’ai dit stop, et c’est là qu’il a su réagir en me demandant de lui laisser une chance. Ce que j’ai fait car comment aurais-je pu en faire autrement ? 

 

Et ça a payé, tout va beaucoup mieux.

 

J’ai l’impression d’avoir trouvé ma place, en tant que femme et en tant que maman. Jusqu’à il n’y a pas longtemps, je passais toujours après sa sœur. Mais là, les choses ont évolué et chacun a pris sa place : sa femme et ses enfants d’abord et chacun s’affirme bien.

 

A partir de la cinquième séance, on a senti les changements et on s’est vraiment dit : on va se donner les moyens et on s’est véritablement impliqués, jusqu’à aller à notre séance en pleine journée.

 

- Ce que l’on a le plus apprécié, c’est que l’autre donne son ressenti. On ne peut pas se mentir ou faire semblant pendant les séances, et on parle beaucoup.

 

Ce n’est pas une méthode que l’on nous expose ou encore un cours d’école. Et à partir des échanges, on a pu construire le couple que l’on voulait pour nous, pour chacun, avec plus de d’estime d’elle, d’affirmations et de belles décisions pour Sophie.

 

- Nos échanges sont devenus plus simples, plus clairs et oui, j’ai retrouvé confiance en moi. Et puis on a appris à écouter l’autre et à s’écouter soi.

 

La première chose que l’on a apprise, c’est l’écoute, à travers beaucoup de partages. Et puis, on essaie de trouver du temps pour nous, même si ce n’est pas évident, c’est devenu important.

Et puis, il y a l’estime de l’autre.

 

Tout cela fait qu’aujourd’hui, on a une vraie relation sincère et profonde, même entre sa sœur et moi, ce qui est totalement nouveau.

 

On a appris à être plus posé, même avec nos enfants quand ils nous poussent dans nos retranchements. On sait aujourd’hui combien il n’est pas bon de réagir à chaud.

 

On ne peut pas s’imaginer que sur un délai si court, comment les choses peuvent évoluer. La seule certitude, c’est que tout est éphémère.

 

Aujourd’hui, je comprends que prendre une décision telle que de se séparer est fou et qu’il faut se laisser du temps.

 

Si on y travaille, tout peut changer du tout au tout.

 

Et quand on ose dire les choses, la relation grandit et s’épanouit.

 

- Si je devais parler à ces personnes qui ne sont pas encore décidés, je leur donnerai tout simplement notre exemple car ce sera plus simple.

Ce type de travail doit vraiment être une priorité dans l’agenda, même si ce n’est pas évident car c’est comme cela que l’on a des résultats. C’est un travail sur le couple mais aussi sur soi-même.

 

- Aujourd’hui ça va bien. On a fait beaucoup de chemin. On avance à deux et à quatre, et on a des projets, certains se sont même déjà concrétisés comme s’acheter un appartement, qui est presque tombé du ciel.

Pour s’engager comme ça, on n’a pas hésité une seconde car on se sent solide à nouveau.

Rémi et Marlène, 57 et 59 ans, Chaponost

 

Quand nous avons pris rendez-vous avec Myriam, nous étions dans un tunnel, l’un à côté de l’autre et muets, n’échangeant rien ou pas grand-chose. Nous étions juste débordés pour tout et rien.

 

Mon état d’esprit c’est qu’à chaque fois qu’on se pourrissait, j’avais envie de partir, soit je me barrais et je les laissais tous les quatre, soit je continuais à avoir une vie pourrie et j’attendais de rencontrer quelqu’un pour avoir la force de partir.

On voyait bien que l’on ne pouvait pas s’en sortir seuls car même si on avait les clés, on avait besoin de se comprendre et d’avoir quelqu’un qui se positionne pour nous.

 

Au fur et à mesure des séances, j’ai pu prendre conscience de beaucoup de choses, notamment comment Marlène voyait et percevait vraiment les choses. En fait, entendre toutes ces choses m’ont permis de réaliser que nous avions beaucoup de choses à découvrir l’un de l’autre.

 

A chaque fois, c’était difficile pour moi de venir car je n’aime pas du tout regarder à l’intérieur de moi et parler de tout ce qui se passe en moi car j’ai toujours eu peur des jugements. Mais ici, je n’ai pas pu faire l’huître, et j’ai pu dire les choses jusqu’au bout, sans jugement. Ici il y a de la sécurité pour libérer la parole et au fur et à mesure, cela s’est avéré plus facile, d’autant que j’en apprenais encore un peu plus sur Marlène à chaque fois. Elle a enfin pu exprimer des choses sur ses parents qu’elle n’avait jamais pu me dire alors que cela perturbait notre couple.

 

C’est une des choses que j’ai le plus apprécié durant notre travail avec Myriam d’ailleurs, qu’elle parle d’elle. Cela m’a intensément nourri. Cela m’a conforté dans mon idée que nos silences et nos problèmes n’étaient pas liés qu’à notre couple mais pouvaient aussi avoir d’autres origines.

 

Le fait d’avoir pu nous exprimer a grandement facilité notre relation de couple et nous a libéré. Le fait qu’il y ait moins de tabous et plus d’expression nous a indéniablement rapproché. Rien que d’exprimer les choses et que l’autre puisse l’entendre nous a beaucoup profité à tous les deux. Du coup, notre challenge sera de pouvoir aussi parler comme ça à l’extérieur.

 

Compte tenu de notre état d’esprit du départ, on ne peut qu’apprécier d’avoir fait ce travail qui, au final, ne nous a pas demandé un effort surhumain…

 

Ce qui nous a un peu manqué par contre, c’est le fait de ne pas avoir eu le courage de faire plus et d’être allés plus en profondeur, plus loin dans l’intimité.

 

Ce qui est sûr, c’est que ce travail et ce temps ensemble ici nous a été réellement été bénéfique, un vrai luxe.

 

L’oreille attentive, l’écoute et l’impartialité de Myriam étaient véritablement agréables. Le fait qu’elle nous ait guidé sans émettre de jugement nous a permis de nous sentir en confiance et nous a, par la même occasion, redonné confiance en notre couple.

 

Aujourd’hui, on a les clés pour que ça aille mieux dans notre couple, comme par exemple prendre l’initiative de sortir tous les deux pour nous retrouver un peu, sans pour autant nous sentir coupable.

 

Il y a eu depuis, beaucoup d’améliorations palpables dans notre relation.

On se braque moins et on se met moins la pression, car on sait que les bases sont là. Il y a moins de place pour l’interprétation et les malentendus car il y a plus de confiance, d’écoute et surtout de communication sans jugement. 

 

Aujourd’hui, on peut se donner son avis sans que ce soit mal interprété à chaque fois, car on a tous les deux réalisé que chacun ressent les choses différemment et qu’il est primordial de respecter ces différences. Marlène peut enfin concevoir que je puisse être touché différemment par ce qui peut se passer dans notre vie, de famille comme de couple mais on sait tous les deux que cela ne peut pas empêcher que l’on puisse se comprendre.

 

Ce que je pourrais dire aux couples en difficulté, c’est tout simplement qu’il est important d’être volontaire et de faire la démarche ensemble.

Aussi, qu’il est confortable de venir, que l’on est reçu de façon agréable et qu’avec Myriam beaucoup plus une question d’écoute. Nous sommes dans des conditions qui façonnent l’écoute et l’échange et cela nous a libéré la parole et nous a fait beaucoup de bien.

 

Nous en tous cas, nous avons été ravis de venir.

 

Aujourd’hui, nous sommes plus légers, on ne se quitte plus et même si les problèmes sont les mêmes, nous ne le vivons plus de la même façon car c’est vraiment notre état d’esprit qui a changé du tout au tout.

Max et Pauline, 37 et 39 ans, Lyon 2

 

Lorsque nous sommes venus voir Myriam, nous sortions d’une énorme crise avec Max où je lui avais demandé de sortir de ma vie et ce, malgré le fait que nous soyons fous amoureux.

 

J’avais fini par me dire que nos caractères, nos visions n’étaient pas compatibles, surtout pour moi, vis-à-vis de ma famille et de mes enfants, que j’ai avec mon premier conjoint.

Max, quant à lui, ne souhaitait qu’une seule chose : ne pas me perdre.

 

A cette époque, nous n’arrivions plus du tout à communiquer et même nous écouter était devenu impossible. Il y a eu tout un tas de sentiments négatifs, notamment de la jalousie, et c’est lors des séances que nous avons pu débloquer tout cela. Myriam nous a appris à ne pas nous arrêter sur ce qu’il y avait à la surface mais aller en profondeur pour comprendre ce que cela représentait, ce que cela cachait, en évitant de dramatiser.

 

Un mois après la crise, on avait tous les deux réalisé que l’on voulait rester ensemble mais sans savoir comment faire. C’était une chose claire et c’est pour cela que l’on a fait la démarche d’accompagnement.

Bien avant de prendre contact avec Myriam, Max avait déjà essayé une thérapie tout seul mais ça n’a pas marché car au final, c’était trop impliquant pour lui et d’ailleurs, il n’est toujours pas prêt à affronter certaines problématiques.

C’est Max qui a pris l’initiative et qui est à l’origine de la demande de thérapie de couple et ça a vraiment compté pour moi car je sais qu’il n’aime pas ça, s’ouvrir aux gens et parler de lui, alors que moi j’adore le fait d’aller chercher ce qui va moins bien, pour essayer d’aller de l’avant.

 

Moi, de mon côté, j’étais vraiment contente de venir à chaque rendez vous car je trouve chaque séance hyper enrichissante, même si je dois passer par des sentiments parfois difficiles.

Pour Max, le fait de le faire ensemble l’a rassuré et l’a beaucoup aidé à aller au bout des choses, même si c’était quelquefois extrêmement difficile pour lui.

 

Ce que j’ai moins apprécié par contre, c’est qu’il y a eu une période où j’ai trouvé ça lent et parfois long, c’est un investissement aussi mais nous avons l’impression que cela nous a vraiment apporté beaucoup de choses.

Max a pris conscience que dans son mode de fonctionnement (il a souvent préféré battre en retraite à tout espoir et positivité pour justement, ne pas être déçu), n’était pas adapté à toutes les situations de notre quotidien et il a pu apprendre à modifier ce comportement pour que l’on puisse plus apprécier le moment présent.

 

Il y a eu deux moments clés pour moi. Quand j’ai enfin réalisé que les émotions de Max n’étaient pas une attaque mais plutôt une expression des choses qui l’angoissent et de ce qu’il a traversé plus jeune. Du coup, quand on a fait ensemble l’exercice avec le schéma de la famille, j’ai mieux compris pourquoi telle ou telle chose lui était difficile. Et tout cela, on a pu y arriver en apprenant à s’écouter car avant aujourd’hui, on avait, tous les deux, tendance à n’écouter ce que l’on voulait, limite à finir par parler tout seul.

A cause de nos éducations qui sont totalement différentes, on avait du mal avec les conflits. Pour moi par exemple, apprendre à exprimer mes coups de gueule (de façon entendable) était une première car j’ai toujours évité les disputes. Pour lui, lorsqu’il y a quelque chose qui ne va pas, il l’exprimait.

 

Avant, je n’avais jamais réussi à aborder les soucis de couple car j’en avais honte, honte qu’il y ait des choses qui n’allaient pas dans notre couple, dans notre foyer, alors que maintenant j’arrive à m’ouvrir, à en parler, enfin.

Ce que j’ai réalisé et qui m’a réellement chamboulé, c’est tout le cœur, tout l’amour que Max porte à mes enfants. Ça me touche profondément car ce n’était pas évident avant, et là, je vois qu’un lien vraiment fort s’est créé entre lui et mes enfants, un lien qui évolue chaque semaine.

 

En définitive, on a véritablement apprécié le travail avec Myriam car beaucoup de choses ont changé, en bien. Nous sommes plus patients l’un envers l’autre, surtout moi, nous avons appris maintenant à reconnaître quand quelque chose ne va pas et au lieu de forcer les choses, nous communiquons mieux et trouvons ensemble une solution. Max a particulièrement apprécié l’analyse de notre famille d’origine car ça lui a fait comprendre énormément de choses, et ça lui a aussi permis de moins s’isoler.

Si je devais transmettre un message aux couples qui hésitent à faire la démarche, ce que j’ai déjà fait avec une amie d’ailleurs, c’est que oui, cela peut s’avérer difficile, mais, c’est une porte d’entrée pour se comprendre, comprendre l’autre et accepter les tenants et aboutissants de toute relation de couple, car il y a et aura toujours des choses qui ne nous conviendront pas, mais en fait c’est à la fois normal et l’on peut apprendre à vivre plus tranquille avec.

 

Mais surtout, on n’est pas obligé d’attendre qu’il y ait un problème ou que l’on n’en puisse plus avant de faire une thérapie car au final, on en sort toujours enrichi.

Par rapport à ça, je suis vraiment reconnaissante envers Max d’avoir pris cette initiative.

 

Aujourd’hui, on est bien, mais vraiment bien ensemble. Là, on attend notre bébé. Mais même sans ça, tout se passe super bien entre nous. On n’a pas souvent de temps pour nous avec le travail et les enfants, mais quand on en a, c’est réellement bon de se retrouver ensemble.

On s’écoute et on a appris à maintenir un équilibre. On a fait et continue de faire des ajustements pour que l’un comme l’autre, soyons bien ensemble, dans la durée.

 

Sylvain et Solène, 34 et 34 ans, Chaponost

 

Avant de venir voir Myriam, la situation était tendue, voire la crise. J’étais rentrée seule de vacances avec notre enfant et on s’était disputé à pleins de reprises pendant les vacances. Je n’étais tout simplement pas bien dans ma peau.

On avait parlé de thérapie de couple avant, mais on n’avait rien fait, du coup, il y avait de la colère car rien n’avançait.

 

Il y avait beaucoup d’insécurité dans notre relation, j’avais peur qu’il se barre. En somme, on se heurtait au même problème de façon récurrente.

On a aujourd’hui l’impression que c’est loin tout ça, mais en fait, pas tant que ça…

Tout n’a pas changé, voire pas du tout, mais c’est beaucoup moins grave.

 

Le fait que ce soit lui qui ait proposé qu’on fasse cette thérapie m’a beaucoup rassuré, car j’avais l’impression que c’était toujours moi qui devait être à l’origine du changement dans notre couple.

 

C’est Sylvain qui m’a dit que la thérapie de couple était une solution et de mon côté, je me suis rendue compte qu’en fait, on souffrait tous les deux.

Au premier abord, pour moi, ça n’en valait pas la peine car plutôt que de lutter contre ça, il y a la possibilité de se séparer.

 

D’un autre côté, il y a aussi la possibilité de faire un pas de côté pour essayer de se comprendre. Un peu comme quitte ou double, cependant on n’avait pas franchement envie de se séparer.

 

La méthode de Myriam est très concrète, et parfois, ce sont des évidences. Au final, ça a dédramatisé les choses car nous, on le vivait de façon très émotionnelle. Ça, ça m’a beaucoup aidé, énormément aidé.

 

C’est comme quand on essaie de rendre rond un carré, c’est peine perdue. Mieux vaut savoir et accepter que c’est un carré.

Avant, j’avais tendance à beaucoup m’acharner, et à m’obstiner dans une situation qui ne fonctionne pas. Aujourd’hui, c’est en train de changer pour moi, et cela même si ce n’est pas facile.

 

Moi, je n’investissais pas dans la thérapie comme une obligation de résultats, mais comme la possibilité d’être aidés, et la démarche était importante.

 

Au début, il y avait l’aspect concret auquel je ne m’attendais pas trop et dans lequel je pouvais pourtant me retrouver, à ma grande surprise.

 

Le côté pragmatique avec des exercices, des exemples, des situations types, ça m’a rassuré et a dédramatisé la situation.

 

Et puis, il y avait un côté « j’ai la solution ! » qui m’a aidé.

 

Parfois, on faisait les exercices de façon complète, parfois pas du tout. Parfois, on parlait de la séance, parfois pas. Du coup, je ne voyais pas toujours comment la démarche travaillait au quotidien, en dehors des séances.

Ça m’a fait me poser la question : pourquoi venir aux séances ?

Le plus étonnant pourtant, c’est qu’à chaque séance, on construisait quelque chose. Il y a des choses concrètes qui en sortaient. En fait, la séance ne servait pas tout juste à nous faire du bien.

Ça nous a réuni autour de quelque chose qui nous concerne.

 

Cela nous a permis d’avancer, de changer de point de vue, somme toute de grandir.

 

Cela nous a donné un projet commun, ces exercices parfois nous donnaient à réfléchir à notre identité de couple. Nommer et définir ce qui fait notre couple.

 

On a fait un enfant, ça c’est sûr, mais c’était la première fois où on prenait le temps de nous asseoir, de prendre le temps de nous poser et de nommer notre « nous ».

 

Après, j’ai vécu pleins de choses : appréhension, doutes, recul sur soi, enthousiasme…

 

Un moment très fort où on a commencé notre ligne de vie et où j’ai pris conscience que l’expérience de notre rencontre était en réalité très différente pour chacun d’entre nous, ça m’a à la fois ébranlé, mais aussi, au final, fait beaucoup de bien car j’ai compris que la façon de vivre notre histoire était très différente, unique à chacun d’entre nous.

 

Certes, réaliser cela m’a bouleversé, mais ça a aussi été très formateur car dans beaucoup de mes relations, et avec Sylvain, soit je pense que l’autre a la même expérience que moi, soit je suis seule. Et pourtant, on peut se rencontrer dans nos différences, ça j’en ai pris conscience.

 

J’ai pu apprécier énormément de choses dans cet accompagnement avec Myriam, notamment les mises en situation et la sculpture du couple, par leur côté ludique et cette communication non verbale permet d’intégrer les choses différemment.

 

La manière d’être dans l’agir, qui, dans la forme, est différente du parler, c’est déjà une manière de se l’approprier.

Je sais que Sylvain, lui, a adoré les après séances, quand on se retrouvait tous les deux.

 

Il y a aussi l’opportunité de s’approprier une marge de liberté pour pouvoir rêver notre couple.

 

Ce que j’ai un peu moins apprécié, c’est le fait que Myriam nous propose de réfléchir à ce que nous voulions faire de nos différences et sur le coup, on n’a pas su quoi en faire, mais aujourd’hui, cela chemine comme une graine juste plantée qui va mûrir tranquillement.

 

Concrètement, il y a eu de nombreux changements significatifs dans notre couple depuis.

 

Nous avons tous les deux appris à prendre les choses qui se passent dans nos vies de manière moins tragique, moins dramatique. Du coup, tout se résout plus vite, avec moins de peur.

 

Nous avons plus de sérénité dans notre couple et on a indéniablement plus d’humour, et peut-être de l’autodérision.

 

Au final, je dis tout simplement qu’il n’y a pas de raison d’hésiter pour ce genre d’accompagnement car ça fait véritablement bouger les choses et qu’à partir du moment où tu te poses la question, vas-y !

Pour ma part, je m’attendais à quelque chose de laborieux et pourtant, c’était plus du connu, me semble-t-il, et pourtant ça bouge beaucoup. Dans l’action, on agit différemment, et on se sent mieux.

 

C’est efficace !

 

Aujourd’hui, nous sommes contents d’être venus, mais aussi de finir. Et ça fait du bien de savoir que l’on peut revenir !

 

Martin et Sybille, 28 et 37 ans, Lyon 6

 

Avant de venir voir Myriam, nous étions à la limite de la séparation, pour ma part, on avait même franchi la limite car dans ma tête, j’étais déjà loin.

Il ne se passait plus entre nous et pourtant, il y avait un lien. 

Tout était compliqué, d’autant plus qu’on attendait notre petite dernière. On avait très mal vécu l’annonce de la grossesse, et dans mon esprit, il allait me quitter le jour de l’accouchement.

 

On se rendait compte qu’il y avait de l’amour entre nous, qu’il y avait un fort attachement mais on avait besoin d’aide pour régler tout ce qu’il y avait à régler entre nous. On s’aimait mais on n’avait pas les clés pour s’aimer comme il faut.

 

Cela a été un terrible choc qu’il y ait cette fille, ce lien entre un tiers et mon mari. Une souffrance terrible et des milliers d’heures de prises de tête entre nous. Mais c’est cet électrochoc qui nous a permis d’avancer. Et sans cela, nous en serions sans doute au même point, pas bien loin, pas bien tout court.

 

Beaucoup de choses ont changé dès la première séance, notamment le fait de savoir que je le maternais et que je gérais tout. Réaliser tout cela m’a permis de lui lâcher la grappe et du coup, je gère maintenant mes propres angoisses et plus les siennes et lui, il fait ce qu’il a à faire, mais peut me demander si besoin. Au final, on est plus légers.

 

- J’ai vu mon mari mûrir au fil des séances, il a évolué.

- J’ai trouvé ma femme plus patiente et plus à l’écoute au fur et à mesure.

 

Nous avions tendance à rester sur la défensive, mais grâce aux séances, on a appris à reconstruire de la confiance.

 

Il y a eu beaucoup de purge des sujets qui fâchent, ce qui a permis de lâcher la colère. Moi, j’ai pris confiance en moi et chacun de nous a pris conscience de la place réelle et indispensable que l’on avait dans notre couple.

 

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié d’entendre parler mon mari, lui qui parlait si peu et qui me rendait dingue avec son mutisme, un vrai soulagement de pouvoir discuter, échanger à deux en parlant, en pleurant, en dessinant…

On a tous les deux l’impression maintenant qu’il y a une force entre nous et que quoi qu’il arrive, on pourra le traverser car cette épreuve là était très dure mais on l’a surmonté ensemble.

 

On a vraiment apprécié le temps partagé ensemble, un temps pour nous. On déversait tout là et on repartait plus positifs, avec des repères et des changements.

 

On a appris énormément de choses grâce à ses séances avec Myriam, notamment à communiquer, tout simplement, à faire confiance, à pardonner et maintenant on sait que l’important c’est de se dire les choses, et peu importe comment au final car l’authenticité a pris le dessus dans notre confiance, donc la confiance est là. 

 

- On n’a pas la même notion du temps mais on comprend que c’est OK et on le respecte et c’est vraiment important pour moi qu’elle sache aujourd’hui que je fais le maximum, que je fais de mon mieux.

 

On n’est pas du tout pareil de caractère et là, j’en ai bien pris conscience. Pa exemple, j’ai pu prendre confiance en moi car j’accepte mieux qu’il soit différent et je suis OK avec ça. Du coup, on respecte vraiment chacun sa façon d’être alors qu’avant, ce n’était pas le cas.

 

Cela m’a aussi beaucoup servi à rassurer mes enfants, et notamment ma fille aînée.

 

On a tous les deux pris conscience que l’on est une famille.

 

Ce que l’on pourrait dire aux personnes qui hésitent encore, c’est qu’avec Myriam, ce n’est pas une thérapie classique mais plus du coaching, Myriam n’est pas la psy décortique en se taisant et ça change tout.

 

Elle nous prend comme on est et nous aide à concrètement vivre ensemble et à ajuster nos deux façons d’être et Myriam est hyper impliquée à nos côtés.

 

Elle pose les bonnes questions et elle est la voix des choses que l’on n’ose pas se dire mais qui, pourtant, on besoin d’être dites.

 

Aujourd’hui, bébé est née, elle est là et nous sommes heureux de l’avoir. Je ne verrai pas ma vie sans elle, ni sans mon mari et du coup je suis très heureuse qu’on ait pu concilier les deux.

 

Et on fait pleins de choses, on s’est remis tous les deux dans la vie.

 

Nous, on est parti en amoureux à Paris pour un week-end et on a réussi à laisser les trois enfants en confiance, une grande première ! Et cela nous a fait beaucoup de bien.

 

On a pleins de projets, que ce soit avec les enfants ou juste tous les deux et on prévoit même de partir en voyage au Maroc en famille, le top !

 

Bref, dans notre couple, plus d’apaisement, le dialogue et la confiance retrouvés, et la construction d’un amour plus stable et pérenne. Bien nous a pris a pris cette démarche, je peux dire que cela a sauvé notre couple et notre famille.

 

Marie Claude et Pierre, 35 et 37 ans, St Bonnet de Mure

 

Avant de prendre rendez-vous avec Myriam, tout était sombre. J’avais le sentiment d’être un meuble, tandis que pour Pierre, tout n’était que frayeur et incompréhension…

C’est là que je me suis décidée à consulter en couple et Pierre m’a suivi, avec de grands espoirs.

 

J’avais l’impression que même si je n’étais pas là, il n’en avait rien à faire. Quand je m’habillais bien, il n’y avait aucune réaction de sa part, même pas un regard et cela me rendait malade car je bouillais intérieurement. Je savais très bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Et cela ne pouvait plus durer et au final j’avais l’intention de partir, tout simplement.

 

Plus nous avancions dans la thérapie, plus Pierre pris conscience du fait qu’il ne faisait pas assez attention à moi et surtout qu’il n’y avait plus de communication entre nous et petit à petit, les choses ont changées.

 

J’ai particulièrement apprécié que Pierre se désarme et arrive à me parler, enfin et aussi le fait que j’ai pu reconnaître qu’il y avait certaines limites à notre couple, que je ne pouvais pas tout attendre de cette relation.

 

Le travail de thérapie nous a permis de traverser beaucoup d’émotions difficiles telles que la culpabilité et la honte, émotions que ni l’un ni l’autre ne voulions voir. Je crois même que nous les redoutions, mais avec patience et bienveillance, nous nous sommes découverts dans ces difficultés. Et je ne sais pas vraiment ce qui s’est passé, mais c’est comme si quelque chose s’était ouvert entre nous, et du coup, nous nous sentons mieux ensemble, plus tranquilles.

 

Notre plus grand regret est d’avoir attendu si longtemps avant de nous lancer.

 

Pour Pierre, c’était parfois difficile car il a eu du mal avec la pression et notamment certains rendez-vous douloureux nous avons dû faire face nos vérités.

 

Grâce au travail effectué avec Myriam, beaucoup de choses ont changé et en bien.

 

J’ai appris ce que c’était de demander de l’aide et que « ma perfection n’est pas forcément celle de l’autre ». Pierre, lui, a découvert qu’il devait renforcer son estime de lui-même et aujourd’hui, il fait des choses au sein du couple et de la maison qu’il ne faisait pas auparavant.

 

Aujourd’hui, il redoute encore la séparation, mais sa vision du couple a changé, a évolué, ce qui moi, me sécurise et me donne confiance pour notre avenir ensemble. 

Karim et Stéphanie, 32 et 34 ans, Saint Symphorien sur Coise

 

Avant de venir voir Myriam, on était tout simplement au bord du gouffre. On était comme des inconnus qui ne se parlaient plus, mais au contraire qui se disputaient tout le temps.

 

Chacun se sentait très seul. Tandis que je me sentais isolé et incompris, elle, se sentait excessive, intolérante, tout aussi incomprise et de plus, elle avait une super mauvaise image de moi.

 

On a sauté le pas et on a pris rendez-vous avec Myriam parce qu’il fallait qu’on s’en sorte. Et on avait vraiment envie de s’en sortir.

 

On n’avait pas construit tout ça pour tout démolir X années après, surtout si on s’était choisi à la base. Il fallait apprendre à vivre avec et ce n’était pas devenu intolérable du jour au lendemain.

 

Au cours de notre thérapie, nous avons connu des étapes de soulagement et de prises de conscience.

Moi, j’ai pris conscience que mon schéma familial avait joué un rôle dans le fait de tout éviter, les conflits notamment et cela représente une grosse prise de conscience car je considérais mon histoire familiale comme un vrai frein dans ma capacité d’être en couple.

C’était aussi un grand soulagement pour moi de me rendre compte que ce que je ressentais, que les problèmes entre nous étaient bien réels, et que cela ne venait pas de mon imagination.

 

Pour Stéphanie aussi, la prise de conscience était similaire car elle revivait la vie de sa mère au sein de notre couple et elle s’est rendu compte qu’elle était trop exigeante, et cela sur pleins de trucs, pour rien.

 

Lors du travail effectué avec Myriam, on a vécu des émotions très variées. Pour ma part, j’ai vécu un espoir croissant, même si ce travail était en dent de scie. En tous les cas, il y a eu de la progression.

Il y a aussi la peur de retourner dans nos travers car on a réalisé que l’équilibre était fragile.

 

Au début, c’était bizarre car j’ai eu l’impression que j’étais accablé et que tout venait de moi et cela jusqu’à ce que je réalise qu’en fait, je n’avais pas la seule responsabilité de nos soucis. Mais j’ai finalement pris conscience que cela pouvait changer, ce qui fut le cas ! Car petit à petit, on a entrevu de l’espoir et ensuite arrivèrent les vrais changements.

 

Pour Stéphanie, le véritable changement, c’était sa façon de penser, et de voir les choses, autrement dit, elle, tout simplement. 

On a d’ailleurs tous les deux retrouvé la capacité d’être dans une vraie relation de couple équilibrée et non pas de colonel à sous fifre.

Ma femme a admis beaucoup aimer voir « son mari » en dehors de la maison et de pouvoir dégager un peu de temps pour nous, ou encore de voir qu’en fait, on avait la même motivation d’évoluer. On a aussi réussi à manger plus régulièrement ensemble à midi et y prendre beaucoup de plaisir.

 

On a particulièrement apprécié le fait de pouvoir tout mettre à nu devant une inconnue et c’était vraiment une expérience réellement enrichissante car nous en avons vu les améliorations, notamment en termes de communication entre nous, mais pas que.

Nous avons beaucoup moins de conflits stériles et nous n’avons plus tendance à nous juger mutuellement, ce qui est une véritable délivrance !

En ayant, tous les deux, le sentiment d’être vraiment écoutés, on a appris l’importance de se parler mais aussi d’être précis dans ce que l’on souhaite exprimer, en ne laissant pas trop de place pour l’interprétation.

Au final, on a compris que s’aimer, c’est se dégager du temps pour nous.

 

Si je devais donner un avis à ces personnes qui ne sont pas encore décidées à se lancer, je leur dirais à quel point ma femme et moi avons apprécié ce travail avec Myriam, un coaching qui est réellement efficace. Vous ne serez pas jugée avec Myriam et puis vous savez, il n’y a rien d’humiliant dans le fait de se mettre à nu.

 

Il ne faut pas attendre d’être malade, ou fou, ou encore que les carottes soient complètement cuites pour améliorer vraiment sa relation de couple.

Nous pouvons affirmer que nous avons fait le plus grand pas. Ce qu’il nous reste à faire aujourd’hui est de réussir à dégager un peu de temps pour véritablement nous retrouver, y compris sexuellement.

 

Même pour Stéphanie qui voulait littéralement me « casser la gueule » l’année dernière, tout va mieux car elle a pu dépoussiérer ses sentiments et elle ne m’aime pas plus, comme elle le dit, mais elle a cette même force d’amour qui n’est plus dissimulée.

 

Pierre et Lydie, 52 et 26 ans, Francheville

 

Avant de nous lancer dans une thérapie de couple et de prendre rendez-vous avec Myriam Bidaud, nous étions plongés dans une certaine incompréhension de l’autre.

On ne se prenait pas en charge et on ne réglait pas nos problèmes. Il régnait de l’agacement, de la colère et encore une fois de l’incompréhension entre nous.

Il y avait comme un sentiment de ras-le-bol et une tension permanente.

On ne pouvait tout simplement plus parler.

 

C’est moi qui ai évoqué la proposition d’aller voir quelqu’un pour nos problèmes de couple, mais aussi de sommeil qui jouait un rôle important dans tout cela et au final, on a franchi le pas.

 

Ce que nous retenons de nos échanges, c’est que nous avons appris à écouter, à faire attention à l’autre en évitant de s’emballer et de monopoliser la parole.

 

Au début, nous attendions, surtout lui, beaucoup de cette thérapie, il se disait même que ce n’était pas si important d’avancer et attendait les faits marquants, puis il a passé ce cap-là. Quand il n’attendait plus de potion magique, nous avions tout simplement appris à mieux nous écouter, nous considérer.

 

Pour moi aussi, j’ai pu ressentir un énorme progrès dans ma façon d’être, de fonctionner, car j’ai appris à prendre du recul, de moins m’enfoncer dans les discours intérieurs et d’être plus à l’écoute de soi et de l’autre. J’avais envie que l’on puisse se faire chacun plaisir, pour moi, par exemple, c’était de faire un peu de shopping sans culpabiliser.

 

Durant ce travail avec Myriam, j’ai particulièrement apprécié la ligne de vie et ça me sert encore beaucoup aujourd’hui. Se rappeler, et se poser et regarder ensemble notre parcours m’a personnellement fait beaucoup de bien et m’a permis de beaucoup réfléchir. Au fur et à mesure des séances, j’ai appris à plus reconsidérer les choses et accepter Pierre tel qu’il était, et arrêter de vouloir à tout prix le changer. Je peux aujourd’hui mettre des mots sur les choses, sur ce que je ressens et surtout en parler sereinement. Le fait de dire les choses clairement rend la communication tellement plus facile aujourd’hui.

 

Grâce au travail fait avec Myriam, nous avons appris à dédramatiser les choses, et on a d’ailleurs réalisé que voir un psy était abordable et simple en fin de compte, et ça fait du bien. On a une meilleure écoute et on s’écoute de toutes les façons globales de s’écouter ; du corps de l’autre, de là où il en est de ses difficultés. Grâce à tout cela, nous nous respectons mieux.

 

Si nous pouvions transmettre un message aux personnes qui hésitent encore, nous leur dirions que grâce à Myriam, nous avons pu trouver une façon de recréer le dialogue et une occasion de dialoguer alors pourquoi s’en priver ? On avait choisi chacun notre thérapeute de couple et en fait, on était d’accord pour aller voir Myriam.

 

Aujourd’hui, nous avons tellement avancé, autant en tant que personne mais aussi en tant que couple car nous connaissons plus d’équilibre, de sérénité et surtout de respect. Nous avons même pu régler nos soucis de sommeil, ce qui a complètement changé notre vie. Maintenant, nous avons plus de projets en commun.

Sybille et Louis Pierre, 31 et 41 ans, Brignais

 

Avant de contacter Myriam, je vivais avec mon conjoint beaucoup de conflits, de disputes et de colères. Notre situation financière était délicate, ce qui n’arrangeait évidemment pas les choses et rejaillissait puissamment sur notre couple. Avec le recul, je comprends qu’on ne s’écoutait pas, on restait enfermés dans nos schémas.

 

A cette période nous avons eu une discussion avec des amis. On a partagé avec sincérité nos expériences de couples et les difficultés rencontrées. Ils ont vite compris notre situation et nous ont suggéré de faire appel à un thérapeute de couple.

 

Nous avions déjà engagé, sans le savoir, un pas vers la reconstitution de notre couple. Je voulais particulièrement me battre pour sauver mon couple, lui donner une dernière chance. Je savais au fond que j’aimais encore profondément mon compagnon et que nous avions besoin d’aide pour mettre les choses à plat.

 

Lorsque nous avons commencé à voir Myriam, certains moment et exercices me paraissaient extrêmement difficiles mais s’avéraient à chaque fois salutaires. Cela nous faisait beaucoup de bien, nous le sentions immédiatement à la fin de chaque séances. On accédait enfin à des outils pour sortir naturellement de l’impasse, sans se forcer, au contraire, en se livrant, en abdiquant nos croyances limitantes. Le génogramme et la ligne de vie auxquels Myriam nous a initiés nous ont par exemple beaucoup fait cheminer en ce sens.

 

Petit à petit, des choses passaient de l’inconscient au conscient et nous nous apercevions de choses concrètes qui empoisonnaient notre couple. Laisser de la place à l’autre par exemple était quelque-chose de théorique mais dont je ne saisissais pas encore la profondeur pratique. On a découvert l’importance de donner conseils, d’envoyer de la douceur, de prendre du recul et d’essayer de comprendre le point de vue de l’autre.

 

Le fait d’avoir Myriam comme médiatrice nous a aidés à ne plus rester figés sur nos positions. On a également beaucoup apprécié le fait d’échanger dans un espace neutre. Ça nous permettait d’envisager nos désaccords d’un autre point de vue.

Au fur et à mesure, on s’est remis à rigoler ensemble, ce qui est fondamental pour notre couple. On a retrouvé cette légèreté, cette fraicheur qui nous avait tant plu au début de notre relation. On a réappris à se parler en arrêtant d’éviter à tous prix d’éviter les sujets tabous. Il n’y a d’ailleurs plus de tabous entre nous. On est en train de reconstruire notre union sur un terrain d’écoute ce qui nous amène à être beaucoup plus connectés et de retrouver des moments forts d’intimité. On accepte nos désaccord et de les vivre simplement. 

D’une façon plus générale, on est plus présent, moins dans l’anticipation, ce qui nous permet d’oser des actes et des discussions qui nous semblaient auparavant vaines ou risquées.

 

A ceux qui hésitent à contacter Myriam, on a envie de leur dire « Faites-le ! ». Essayez avant de jeter l’éponge, ça ne peut que vous aider. On a réussi grâce à son aide à évacuer 90% de nos problématiques de couple. Aujourd’hui, nous sommes sur le point d’acheter une maison et nous avons l’intention d’avoir un bébé. Même sur le plan financier on se sent moins étriqués, on se sent plus libres et connectés. Que du bonheur.

Mireille et Pierre, 39 et 43 ans, Lyon

 

Nous avons rencontré Myriam pour la première fois 3 ou 4 semaines après un gros clash. La situation s’était calmée mais les blessures étaient encore bien présentes.

 

Ma première surprise fut que mon compagnon accepte de m’accompagner lors de cette première séance. J’étais extrêmement touchée par le fait qu’il consente à cette démarche. Cela prouvait qu’il tenait à notre couple et c’était très important pour moi. Il est tout de même venu à reculons car il ne savait pas à quoi s’attendre mais il voyait bien que je ne me sentais pas bien.

 

J’avais décidé d’essayer beaucoup de choses seule de mon côté pour retrouver une certaine sérénité, notamment l’acupuncture et l’hypnose. Mais ça ne marchait pas. J’ai alors compris que si le couple ne fonctionnait plus, c’est à deux qu’il fallait régler ça.

 

Avant la première séance, on avait beaucoup d’aprioris. Mais après avoir fait connaissance avec Myriam, ils se sont très vite dissipés. Ni l’un ni l’autre ne nous sentions agressés, en position de devoir se justifier. Tout cela rendait les échanges libres et plaisants. Progressivement on a apprécié les exercices donnés par Myriam. Ils arrivaient toujours au bon moment, marquant une étape dans notre réconciliation et l’ancrant davantage.

On a découvert qu’il existait des outils efficaces qui nous aidaient à parler de ce qui nous pesait sur le cœur sans avoir peur que cela soit mal pris. C’était un véritable espace de libre expression et de partage. J’ai pu dire lors de ces séances des choses que je n’avais jamais dit auparavant.

 

J’ai particulièrement apprécié l’exercice de ligne de vie couple qui a fait ressortir des choses importantes de notre vie à deux. Mon compagnon lui a agréablement été surpris par l’exercice du génogramme qui a fait ressortir des schémas familiaux qui déteignaient sur son comportement au sein du couple. Il n’aurait jamais pu s’apercevoir de ca tout seul.

Il a appris l’importance de s’exprimer et ce n’est pourtant pas dans sa nature. Pour moi qui aime partager, c’est un immense cadeau que de voir mon homme faire des efforts pour se dévoiler.

 

J’ai également compris au fur et à mesure des séances qu’on ne peut pas changer les gens. En revanche, Myriam m’a prouvé qu’il est possible de changer le regard que l’on porte sur eux. En l’acceptant tel qu’il est, et sans chercher à le faire rentrer dans un moule, je me suis aperçue que mon homme m’aimait profondément et cette certitude est devenue un point d’ancrage formidable pour moi.

 

Myriam a cette faculté à mettre les gens à l’aise. Le cadre dans lequel elle nous reçoit est agréable est pousse  aux confidences. Par ailleurs, on se sent immédiatement pris en main. Les exercices et les phases d’écoutes donnent véritablement l’impression d’avoir à faire à une professionnelle qui cherche d’abord à nous comprendre pour ensuite pouvoir nous aider de façon adaptée.

Aujourd’hui, moi et mon conjoint nous sentons plus proches qu’auparavant et nous prenons énormément de plaisir à être ensemble.  On a déjà plein de projets pour les vacances, c’est dire si l’avenir ne nous inquiète plus !

Geneviève et Jean François, 51 et 51 ans, Millery

 

Lorsque nous avons rencontré Myriam nous étions au bord de la rupture. J’étais prête à partir et lui n’était pas prêt à me retenir.

Notre couple était devenu une spirale sans échappatoire. Cette situation rejaillissait sur mes relations avec mes amis et ma famille avec qui j’avais de nombreuses disputes. Je ne dormais plus et me sentais mal dans ma peau sans savoir exactement d’où venait la source de ce mal-être.

En contactant Myriam nous nous trouvions dans un esprit de « tout ou rien ». C’était la dernière chance que nous accordions à notre couple. Nous avions besoin d’un médiateur pour recadrer les choses, quelqu’un qui ne prendrait pas parti.

 

Au début nous étions assez défaitistes et pensions que ça ne servirait à rien. Puis après 2 ou 3 séances, le dialogue s’est installé.

Les exercices que nous a donnés Myriam nous ont beaucoup aidés à nous remettre à l’écoute l’un de l’autre. Nous recommencions à nous accorder du temps et de l’attention.

Au cours de ces parenthèses, on mettait de côté nos rancœurs et nous essayions de comprendre et d’exprimer simplement ce qui nous pesait sur le cœur.

Au fil des séances, on s’est aperçu que nous pensions et ressentions les mêmes choses. J’ai commencé à me sentir moins seule et de son côté il exprimait de plus en ce qu’il ressentait. Puis on a arrêté de se projeter pour vivre ces moments de réconciliation pas à  pas.

 

Aujourd’hui,  je peux lui dire que j’ai besoin d’un câlin. J’accepte de demander de l’aide et je ne ressens plus cette détresse que je voulais cacher par-dessus tout.  Mon mari quant à lui se dévoile plus facilement. J’avoue même découvrir des parts de lui que j’ignorais et cela me plaît beaucoup.

Les tensions disparaissent peu à peu et même les petits conflits deviennent des moyens de nous connaitre plus profondément. Dans ces cas-là on se pose et on en discute. Après avoir rencontré Myriam, on essaye de mettre un peu de lumière sur nos zones d’ombre. Et ça marche !

 

Bref, ça va vraiment beaucoup mieux et nous reprenons enfin énormément de plaisir à être ensemble.

 

J’aimerais dire à celles et ceux qui hésitent à faire appel à Myriam que parfois, lorsqu’on se sent trop mal, on ne peut pas y arriver seul. Dans ce cas, demander de l’aide est une preuve de courage, une volonté d’aller de l’avant et de sauver son couple.

Sylvie et Damien, 39 et 41 ans, Bron

 

Nous sommes arrivés en thérapie alors que nous étions tout proches de la séparation. Nous ne faisions plus attention l'un à l'autre, nous n'étions pas réceptifs l'un vis à vis de l'autre. En fait, nous avions désertés notre couple. Chacun compensait comme il pouvait de son côté. L'évènement déclencheur a été une grosse discussion lors de laquelle Sylvie m'a dit "tu fais comme tu veux, je m'en fous", là j'ai vraiment pensé qu'elle avait quelqu'un d'autre. La réalité était que Sylvie ne savait plus si elle voulait être avec moi mais qu'elle avait encore moins envie de quelqu'un d'autre.

 

Bref, à la suite de cette dispute tout a carburé dans ma tête, j'ai pu parler à un collègue qui m'a clairement dit qu'il avait sauvé son couple grâce à une thérapie et puis j'ai appelé ma mère qui m'a dit "go" !

- Quand Damien, m'a proposé la thérapie de couple, j'étais contente car cela ne lui ressemblait pas. Je me suis dis qu'on allait enfin prendre les choses en mains, je n'y croyais pas trop mais j'ai suivi, et bien m'en a pris. 

 

Au début, les premiers rendez vous ont été très difficiles car il fallait se dire tout ce que nous avions évité pendant si longtemps. En fait c'était mettre des mots sur notre quotidien, se poser enfin les bonnes questions, et arrêter d'esquiver pour prendre les difficultés à bras le corps et se regarder en face; Humm pas facile ! Le parcours a été un peu en dents de scie, il y a eu des grosses étapes au début, puis ça a un peu stagné, puis enfin il y a eu de nettes améliorations. 

 

Nous avons particulièrement apprécié le fait que Myriam nous a expliqué les choses sans jamais nous culpabiliser. Elle a su mettre le doigt sur les comportements inadaptés tout en nous donnant les clés pour évoluer. Au final nous sommes arrivés à nous entendre et à nous comprendre, en gagnant vraiment en confiance et en sécurité.

 

Nous avons aussi trouvé les exercices proposés particulièrement aidants, à chaque étape quelque chose s'éclairait et se mettait en place. Le génogramme a été éclairant et nous a permis de prendre conscience de ce qui se passait autour de nous (conflits) mais aussi au sein de notre propre famille. Suite à cela, Damien a pu vraiment prendre sa place et a pu se rapprocher de notre deuxième fils alors qu'une distance existait depuis sa naissance.

 

Le travail de couple nous a permis de TROUVER une complicité qui n'avait jamais existé entre nous, avec une vraie tendresse, de l'affection. Il nous a aussi permis de prendre conscience de l'amour que nous éprouvons l'un pour l'autre. J’ai vraiment pris ma place à la maison et toute notre famille en est transformée. Sylvie a appris que je pouvais être très aimant et elle a su accepter d’être véritablement aimée.

 

Aujourd'hui nous sommes dans l'envie et la joie de fêter nos dix ans ensemble. Avec une nouvelle dimension, plus profonde, plus vraie et tellement plus satisfaisante. Et pour ceux qui nous lisent, nous avons envie de dire, n'attendez pas qu'il soit trop tard, si vous avez vraiment envie de construire votre couple, allez-y, même si il n'y en a qu'un qui est moteur, cela peut changer tant de choses, pour du bon. Arrêtez de vous raconter des histoires et allez-y !

 

Nathalie et Jérome, 59 ans, Brignais

 

Nous avons contacté Myriam Bidaud alors que tout allait de plus en plus mal, nous étions au bord de la rupture, épuisés, distants, malheureux, les conflits étaient devenus incessants.

Jérôme était très mal et se sentait rejeté, abandonné, et Nathalie, à fleur de peau ne supportait plus rien, ni personne.

 

Avec le travail de thérapie de couple, nous avons découvert que certains de nos différents étaient insolubles, mais que cela pouvait être ok, juste ok entre nous. Après tout nous sommes si différents, pourquoi vouloir se forcer, se tordre pour rentrer dans un moule qui ne nous convient pas.

 

Aujourd'hui nous arrivons de mieux en mieux à trouver notre équilibre, nous avons pris conscience que chacun est ce qu'il est et que l'on peut s'accepter dans nos différences et avec nos espaces respectifs. Nous n'avons fait que 5 séances et nous avons appris énormément de choses; Déjà qu'on ne peut pas se parler quand on braille (et qu'est ce qu'on braillait !), et pas parce que l'on n'est pas d'accord, mais surtout parce que dans ces conditions il n'est pas possible de s'entendre. Quel pas en avant!

 

Et puis aussi, nous avons compris que ce n'est pas parce que l'un d'entre nous fait quelque chose pour lui qu'il abandonne l'autre. En fait nous avons beaucoup travaillé sur la sécurité dans notre couple, et ce cheminement change tout, nos relations se sont apaisées, il y a maintenant quelque chose de posé entre nous. Et nous avons gagné en liberté, parce que nous nous sommes aussi autorisés une vraie proximité. 

 

La thérapie nous a permis d'aborder des choses que nous n'avions jamais pu nous dire et même jamais pu dire à personne. Le fait d'en parler ici, nous a permis de se libérer, d'évacuer certaines choses et au final de mieux gérer nos émotions. 

L'aspect pratique, concret du travail avec les exercices à faire en séance et à la maison, était vraiment bien. D'abord cela permet de vraiment d'avancer et ensuite, c'était plutôt sympa à faire.

 

Avec Myriam, nous nous sommes sentis soutenus, entendus, en fait elle est vraiment neutre entre les deux, et chacun a eu droit aux remarques qui font avancer et au soutien solide à d'autres moments. Cela aussi a beaucoup compté pour nous, donc aucun regret, au final c'était la meilleure décision pour notre couple.

Le seul risque pour nous de cette démarche de thérapie de couple, est de sauver son couple, donc il ne faut pas hésiter ! 

 

Leila et Samy, 27 et 41 ans, Chaponost

 

Lorsque nous avons contacté Myriam Bidaud nous étions au bout du rouleau, trop de souffrance de part et d'autre.

Leila parlait constamment de séparation, elle n'en pouvait plus, notamment parce qu'elle ne trouvait plus sa place avec la présence de mon fils. La situation était très tendue, nous venions d'accueillir notre premier enfant, des problèmes de santé mettaient encore plus d'huile sur le feu, les disputes étaient constantes; Cela devenait irrespirable !

 

C'est Leila qui a proposé de faire une démarche de thérapie de couple. Une amie proche nous a dit que cela lui avait tout bonnement  permis de sauver son couple.

Nous n'avions plus rien à perdre, juste tout à gagner ! 

 

Au démarrage, nous attendions tous les deux les séances avec impatience et appréhension. Cela nous a permis de nous dire enfin les choses, ici on pouvait s'entendre, sur les points sensibles ... libérateur. Avant nous avions totalement arrêté de communiquer sur les problèmes car c'était devenu impossible, tous les deux sur la défensive, rien ne passait. Myriam Bidaud, nous a accompagné, très présente, nous a aidé à élargir notre champ de vision. Les taches et conseils proposés étaient clairs, directement applicables, accessibles. Nous avons pu apprendre à nous écouter, à prendre en compte nos différences et à nous ouvrir à nos sensibilités respectives. 

 

Au final, grâce au travail de thérapie de couple, nous avons beaucoup mûri en tant qu'individus ET en tant que couple.

Notre couple en est sorti renforcé, nous avons véritablement appris à nous connaitre, à nous apprivoiser. Nous savons aujourd'hui que nous pouvons être d'accord de ne pas être d'accord, nous pouvons exprimer nos différences sans que cela vire à l'explosion, et au final avancer ensemble. Quelque chose de nouveau est en train de se tisser entre nous, Leila est plus douce, Samy aussi s'est posé, notre couple a gagné en stabilité, en sécurité. Nous pouvons maintenant prendre de la hauteur sur les événements sans crainte, sans appréhension. 

Marine et Nicolas, 39 et 42 ans, Saint Genis Laval

 

 

Au moment où nous avons pris rendez vous pour une consultation de couple avec Myriam Bidaud, c'était terrible, nous nous engueulions tout le temps. Les tensions entre nous étaient extrêmes, on se criait dessus pour tout, nous n'arrivions pas à trouver de solution. Il n'y avait plus de complicité, c'était hyper compliqué avec les enfants, la maison, pas d'organisation; On subissait tout dans le quotidien. 

 

Marine était épuisée au bout du rouleau, Nicolas, se renfermait dans le boulot et le mutisme, hyper tendu. Rien n'allait. Les enfants n'étaient pas bien non plus. 

 

Ce n'était pas notre première crise et nous avions eu par le passé l'expérience d'un week end thérapeutique de couple, donc on connaissait la démarche de thérapie et nous savions que cela pourrait être aidant. 

 

Le travail avec Myriam Bidaud nous a vraiment permis de nous écouter, et d'être entendu ...  ça va dans les deux sens. Ca a l'air simple comme ça, mais cela a tout changé pour nous. Le cheminement nous a permis de débloquer la situation et de nous retrouver, de reprendre du plaisir à deux et en famille. De nous connaitre encore un peu plus et de véritablement apprécier nos sensibilités respectives. 

 

Nous avons particulièrement apprécié notre travail sur notre ligne de vie qui nous a permis de revisiter notre histoire commune, et aujourd'hui de ré itérer notre engagement l'un envers l'autre, d'en faire le choix conscient. C'est énorme en fait, c'est comme se dire qu'à deux on est plus libre, c'est nouveau et va à l'encontre de nos croyances passées. 

 

Aujourd'hui Nicolas a vraiment pris sa place de père au sein de notre famille, tous les deux nous avons réussi à améliorer notre qualité de présence l'un envers l'autre et surtout avec nos enfants. Les choses se sont posées. Nicolas a su dire ce qui était en lui, important pour lui, et a su se libérer de la pression ressentie avec Marine. Nous sommes en fait beaucoup plus ouverts l'un avec l'autre. 

 

Aujourd'hui plus rien à voir, ça va beaucoup mieux, quel soulagement !

 

J'appelle le 06 86 03 96 41